Les femmes osent plus, ont plus confiance en elles et en leurs capacités. Elles croient davantage en leurs idées et cela se ressent notamment dans le domaine de l'entreprenariat au féminin : au cours des 10 dernières années, le nombre de femmes sous le statut d'indépendante a progressé de 30% à Bruxelles. Cela, c'est pour les bonnes nouvelles...

Car il y a encore du chemin à parcourir et Florence Blaimont en sait quelque chose, elle qui a relancé la WoWo Community, une communauté rassemblant des femmes entrepreneuses et celles qui veulent se lancer dans cette aventure professionnelle. "J'ai repris la WoWo parce que je sentais en moi une frustration grandir : je voyais bien que les femmes ont beaucoup de talents et de ressources. Elles sont passionnées et engagées. Mais aussi en manque de confiance en elles et dans la dévaluation. Et ce sont des freins terribles", souligne Florence Blaimont. L'une des conséquences de cet état de fait : 38,6% de ces femmes entrepreneuses ont un revenu inférieur à 5.000 € par an. Et les hommes sont 2,5 fois plus nombreux que les femmes à exercer une activité sous le statut d'indépendant.

L'un des objectifs de la WoWo Community : se rassembler pour échanger, parler de ses expériences, de ses doutes, de ses réussites, s'entraider. "Les femmes entrepreneures ont besoin de savoir comment gagner du temps et de l’argent pour gagner en autonomie financière et affective", explique encore Florence. Chez WoWo,  on peut se former à la vente, au marketing, au digital, mais aussi développer son potentiel et "devenir la meilleure version de soi-même".

90% des femmes commettent ces erreurs 

Et pour ça, rien ne vaut l'expérience des autres. La WoWo lance à partir de demain un challenge pour se dépasser ayant pour thème : "Les 5 erreurs fatales qui limitent votre temps et votre argent". Des entrepreneuses dont Florence viendront parler de ce qui les a ralenti et comment elles ont fait pour contourner ce qui avait tout l'air d'une montagne !

Ces 5 erreurs, les voici... Si au moins l'une d'entre elles vous fait trembler ou que vous vous reconnaissez en plein, inscrivez-vous c'est gratuit et cette année, les conférences auront lieu online sur 5 jours... une erreur par jour!

1. Facturer à l'heure, compter vos heures Rien de plus tentant que de donner un tarif horaire ? Dommage car le temps est limité... A 1.440 minutes par jour! D'autant plus qu'une tâche ne mettra pas le même temps que l'entrepreneure soit en forme ou non ce jour-là, n'est-ce pas ?

2. Être amoureuse de vos produits ou services. L'entrepreneure est souvent persuadée que son service ou son produit est génial et qu'il séduira ses clientes... Estelle est tombée dans le piège d'élaborer des services ou de fabriquer un produit pendant des heures car il lui plaisait...à elle ? Sans avoir demandé à ses clientes avant ?

3. Attendre que tout soit parfait avant de se lancer. Le syndrôme de la perfectionniste ! Et si l'entrepreneure attendait un peu avant d'envoyer ceci car ce n'est pas encore vraiment parfait ? Et pendant ce temps, les décisions, la situation, le marché évolue...Commet-elle cette erreur fatale ?

4. Travailler seule. Dépassée, entre la facturation, l'admin, la prospection, la vente et ses prestations, elle veut tout faire seule et pense que personne ne sera aussi impliquée qu'elle. Elle pense ne pas pouvoir se faire aider, ni engager quelqu'un. Le souci c'est qu'elle perd de l'énergie à vouloir tout faire toute seule... Sans se concentrer sur ce qu'elle aime.

5. Détester la vente. L'entrepreneure n'aime pas vendre, elle pense que c'est gênant, ou elle a peur de déranger, d'insister. Le problème est que du coup, son chiffre d'affaires s'en fait ressentir. Et si elle l'abordait sous un autre angle... en respectant ses valeurs profondes ?

Le challenge est gratuit en ligne du 10 au 17 septembre, les infos sont ici. L’année passée 657 femmes s'étaient réunies lors d'un challenge ayant pour thèmes "les freins à l'entrepreunariat au féminin".