Cela fait 30 ans que la cuisinière de l'énergie dont les livres de recettes regorgent de gourmandises (salées comme sucrées) se bat contre la nourriture agro-industrielle. Pour elle, c'est le moment de changer son assiette.

Martine Fallon vient de sortir un livre écrit en collaboration avec sa fille Dilara Feray qui parle de desserts. 130 desserts estampillé zéro kilo, zéro culpabilité par la queen de la cuisine de l'énergie. Mais de douceur, il y en a beaucoup moins dans ses propos lorsqu'elle pense à toute cette malbouffe qui nous prend en étau, nous et notre société de consommation passée en mode boulimique et addict au sucre.

En moyenne, les Français comme les Belges ont pris 3 kg de plus suite au confinement. 3 kg, ce n'est pas bien grave mais c'est surtout la preuve qu'on mange juste n'importe comment. "Et si on a peur, qu'on se sent mal autant dans son pantalon que dans sa tête, c'est qu'on a un problème : manger n'importe quoi nous met le moral en berne. Et oui, il y a une nourriture qui rend intelligent et qui nourrit notre immunité naturelle", peste celle qui se décrit comme une agitatrice de molécules depuis des années. Selon elle, 60 ans de malbouffe, de perturbateurs endocriniens, d’ondes magnétiques, une surconsommation de gluten, de sucre, de sel et de graisses saturées, un manque de sport, de grand air, cela donne... "des générations d'individus immuno-dépressifs avec Alzheimer qui guette, l'obésité qui flambe, les cancers qui sont le quotidien de millions d'Européens..."

On commence par quoi ? 

"Par comprendre que manger de l'agro-industriel, du poulet à 6.85€ le kilo, c'est manger de la m... !", assène-t-elle. "Et ce n'est pas pour autant que je vais dire à tout le monde d'être végétarien ou végan, car il y a dans ce type d'alimentation des carences".

Les carences en vitamines et nutriments, c'est bien le nerf de la guerre pour Martine Fallon : "La malbouffe et de nos modes de vie agissent avec effets dominos à tous les étages, cerveau compris, soit en magnésium, dont dépend aussi nos neuro-transmetteurs dynamisants comme la dopamine (concentration, vigilance, détermination,..), en vitamines A, B, C et D, en Co-enzyme Q10, en zinc, en polyphénols et oméga 3 anti-inflammatoires, en pré et probiotiques, en fibres solubles et insolubles. Un manque criant et généralisé, détricotant le cerveau, nos hormones mais aussi l’intestin où vivent entre autres 70% de nos souches immunitaires, et d’où sont issus pas moins de 90% de notre précieuse sérotonine. C'est le neurotransmetteur responsable de la détente et du bien-être que l’on trouve aussi dans le sucre, donc on se rue dessus quand on va mal, un sucre qui a son tour va bazooker notre flore et notre immunité intestinale. La boucle est infernale", décrypte-t-elle.

Et dans ce climat anxiogène, on s'y jette encore davantage pour s'offrir du réconfort... qui nous enfonce encore plus et nous alourdit.

Et donc on fait quoi ? 

"On secoue le cocotier et pourquoi pas maintenant ? 40% des Belges sont prêts à reconsidérer leur alimentation, alors on y va ! Non le bio n'est pas "cher" : du local de saison, ce n'est pas cher. On mange de la viande mais de bonne qualité, et on en mange 150g/semaine. On pense aux sardines, aux maquereaux qui sont des poissons bon marché, on inclut des légumineuses, on pense au bon gras qui nourrit durablement".

Et pour remplacer les addictions négatives (sucres blanc, pain blanc et mou, viandes agro-industrielles, viennoiseries, snack), on se tourne vers d'autres addictions positives (les desserts à la fleur de coco, au miel cru, au sirop, des viandes élevées dans le respect de l'animal, des fruits à coque). On remplace les farines habituelles par des farines d'épeautre ou de légumineuses, les produits laitiers par des produits à base de laits végétaux, on pense aux oméga 3, aux omega 9... On se renseigne parce que c'est délicieux de manger bien ! Le résultat est bluffant explique celle qui sort d'une longue formation en nutrithérapie : quand on a accès à des aliments riches en bons nutriments, ce côté boulimique disparaît et on accède à une autre planète... "Il faut apprendre cela dans les écoles, c'est une question de santé publique !"

Martine Fallon conseille de passer à 70% de végétal vivant, bio et le reste en protéines. Par jour, il faut compter sur 700g de végétaux; 150g de protéines animales, 100g de céréales complètes cuites (quinoa, épeautre, riz complet, millet, ...) 

"En une semaine, on fera monter notre taux de sérotonine, celui qui nous rend heureux et optimiste et qui favorise aussi la sécrétion de mélatonine qui nous fait bien dormir. C'est un autre cercle mais positif celui-là".

> Ce lundi 18 mai, Martine Fallon organise en live sur sa page Facebook une conférence : “Je fais attention et je ne maigris pas, pourquoi? Carences nutritionnelles et prise de poids”