Magazine Ernie Lapointe, l’arrière-petit-fils du chef Sioux, donne à voir l’homme derrière la légende.

Sur la tête, il porte une casquette où l’on peut lire "American Vets" (vétérans américains). Des lunettes de soleil sur le nez, ses longs cheveux réunis en catogan, Ernie Lapointe, 70 ans, a le visage buriné et le sourire facile. Il déambule au milieu des nombreux invités qui se sont réunis au premier étage du Western Shop, boulevard Adolphe Max, à Bruxelles, où François Chladiuk a réuni la plus grande collection privée d’objets d’art indiens en Europe. Ernie, l’arrière-petit-fils de Sitting Bull, est admiratif. Il nous le confiera à l’entame de notre interview.

Mais s’il est à Bruxelles, ce jour-là, ce n’est pas pour y recevoir de quelconques honneurs. C’est son livre, Sitting Bull, sa vie, son héritage, qui l’a fait quitter son Dakota natal - il vit toujours à Rapid City - et traverser un océan. Un ouvrage paru voici dix ans aux États-Unis et dont la traduction française vient à peine d’être publiée chez Flammarion.

"Cette histoire se met à intéresser les gens, un peu partout dans le monde", dit-il. "J’espère que mon message pourra faire en sorte que les gens se regardent, fassent leur examen de conscience, qu’ils comprennent des choses sur eux-mêmes au travers de ma culture."

(...)