Parler de la masturbation n'a jamais rien d'évident. Petits sourires gênés, silence, préjugés tenaces... Comment briser ces tabous tenaces qui entourent encore et toujours cette pratique, surtout quand elle se passe au féminin ? La marque Womanizer a lancé il y a peu une enquête internationale auprès de 7000 hommes et femmes dans 14 pays sur leurs habitudes en termes de plaisir en solo. Le résultat : ce qu'elle appelle " un fossé masturbatoire de 68%", les hommes se masturbant trois fois plus que les femmes. En pratique, cela donne 156 fois par an en moyenne pour les hommes et 50 fois pour les femmes.

Un gap qui montre que même si le plaisir féminin se démocratise de plus en plus (à corréler à l'empowerment féminin, et la libération du clitoris dont les représentations sont de plus en plus nombreuses sur les réseaux sociaux et sur les murs des villes !) la masturbation des femmes reste toujours taboue.

#IMasturbate contre les préjugés

Et mal renseignée. Cela commence déjà en classe avec un manque d'éducation sexuelle flagrant des jeunes qui en sont encore à étudier la reproduction de la grenouille, à qui l'on parle majoritairement de puberté, de reproduction et de grossesse. Mais quasi jamais de plaisir, ni d'anatomie du plaisir ! Et encore moins de plaisir féminin...

A ça, ajoutons les clichés sociétaux qui prêtent une libido bien plus débridée aux hommes qu'aux femmes : l'enquête Womanizer montre pourtant que la différence de libido chez l’homme et la femme est beaucoup plus faible que ce que la plupart des gens pensent. En moyenne, les hommes évaluent leur libido à 6,6 et les femmes à 5,5.

Culturellement enfin, sont encore véhiculés des notions simplistes et culpabilisantes de comportement qui serait "sale", "inapproprié", "honteuse" pour une femme.

Cette enquête a été réalisée quelques mois avant le lancement mondial d'une campagne nommée #IMasturbate. Afin de "montrer que la masturbation est quelque chose de naturel, plaisant et en plus de ça, bénéfique pour la santé", explique Johanna Rief, Head of Sexual Empowerment chez Womanizer. Effectivement il est établi que les hormones libérées comme la dopamine favorise la clarté mentale, la concentration et l'attention, tandis que la sécrétion d'ocytocine renforce l'optimisme et la sensation de bonheur, explique une psychologue. Et cela aide en cas de maux de tête ou de crampes menstruelles.

Lily Allen, chef de file du plaisir féminin

© DR

Le but recherché de tout ça : pouvoir en parler sans honte, adopter en connaissance de cause une sexualité positive qui peut passer notamment par la masturbation. Et pour initier la parole, Womanizer a pu compter sur la chanteuse Lily Allen, qui n'a pas sa langue en poche, et surtout pas pour aborder la sexualité et illustrer avec la sienne en particulier. Dans son autobiographie "Moi exactement", la jeune femme mentionnait d'ailleurs qu'elle se masturbait et citait les sextoys de la marque qui a inventé la la technologie "Pleasure Air" (des vagues d'air pulsé) comme ses chouchous.

Contact a alors été pris et voilà une Lily Allen enthousiaste désormais nommée "Chief Liberation Officer" avec la mission qu'elle préfère : aborder les tabous honnêtement, faire parler, démocratiser le débat ! Elle n'hésite d'ailleurs pas à évoquer sa propre expérience : "Quand j'étais jeune, c'était compliqué, je ne savais rien et je ne me suis jamais masturbée parce que pour moi, le plaisir était essentiellement celui de l'homme". Heureusement, l'artiste anglaise a fait son chemin, a rencontré son mari avec qui elle a une complicité dans tous les domaines et surtout elle a "accueilli son propre plaisir comme une dimension essentielle de sa sexualité" mais aussi de "son bonheur au quotidien". "Les sextoys sont toujours considérés comme un sujet tabou car ils sont liés à la masturbation et au plaisir féminin. Le plaisir féminin en soi est un sujet tabou. La seule façon de faire que les sujets tabous ne le soient plus, c’est d'en parler ouvertement, régulièrement, sans honte ni culpabilité", explique-t-elle avec dynamisme.

Pour marque le coup, l'un des best-sellers de Womanizer le Liberty a été customisé avec la complicité de Lily Allen : un capuchon magnétique design, des couleurs acidulées et toujours la même technologie pour stimuler les terminaisons nerveuses sensibles du clitoris. Tout mignon, très pratique, Liberty by Lily Allen est sorti aujourd'hui, son prix : 99€.

© DR