L’agenda de la grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg ne désemplit pas. Bien qu’écartée d’une certaine manière des activités officielles de la Cour suite à un rapport-audit commandé par le Premier ministre et qui a restructuré la Maison grand-ducale focalisant la quasi-totale attention sur le grand-duc Henri, Maria Teresa de Luxembourg n’a jamais été aussi active, s’investissant à titre personnel pour les causes qui lui sont chères depuis de nombreuses années.

Cette semaine, elle a assisté avec son époux et les hautes autorités du Luxembourg à la cérémonie d’ouverture de l’événement culturel majeur Esch2022 qui est par ailleurs placé sous son Haut Patronage.

Esch-sur-Alzette, deuxième ville du Luxembourg en termes de population, est désignée capitale européenne de la culture 2022 en même temps que les villes de Novi Sad en Serbie et de Kaunas en Lituanie.

La grande-duchesse a pris part aux différentes étapes de la programmation de cet événement à fort rayonnement culturel. Pour cette inauguration, le centre de la ville d’Esch-sur-Alzette avait été métamorphosé en poste de contrôle de mission spatiale tandis que le pôle universitaire voisin d’Esch-Belval accueillait une plateforme de lancement de fusée virtuelle.

Quelques jours auparavant, la grande-duchesse Maria Teresa était de passage à Bruxelles où elle a accordé une interview à la chaîne LN24. Elle a ensuite visité la galerie POC de Galila Barzilaï Hollander qui met à l’honneur des artistes contemporains internationaux.

Egalement au programme de son séjour bruxellois, une visite de la Fondation A. Stichting à Forest pour voir l’exposition "One, Two, Three, More" de la photographe américaine Helen Levitt, très connue dans le domaine du "street photographie". En septembre prochain, la grande-duchesse sera la marraine de l’exposition "regards de femmes" organisée par cette même fondation et qui mettra en lumière les femmes photographes avec notamment des clichés de la collection personnelle de la baronne Astrid Ullens de Schooten.

Les liens familiaux entre les Cours luxembourgeoise et belge sont étroits puisque le grand-duc Henri et le roi Philippe sont cousins. Une proximité familiale qui se poursuit à la génération suivante, le grand-duc héritier Guillaume est le parrain du prince Emmanuel de Belgique.