Une vingtaine de jeunes filles font ainsi leur entrée officielle dans la société.

C’est à l’hôtel Shangri La à Paris, ancienne résidence du prince Roland Bonaparte, que s’est déroulé ce samedi 30 novembre le Bal des Débutantes 2019. Il s’agissait de la 28ème édition de ce bal qui a défilé auparavant sous les lambris de l’hôtel Le Crillon, du Palais de Chaillot, de l’hôtel Peninsula avenue Kléber ou de l’Automobile Club de France.

Cet événement mondain annuel est d’ailleurs classé parmi les 10 soirées les plus prestigieuses au monde par le magazine Forbes.

Une vingtaine de jeunes filles font ainsi leur entrée officielle dans la bonne société. Elles ont entre 16 et 21 ans et viennent des quatre coins du monde. L’Asie est désormais fortement représentée.

Le Bal puise ses origines en Angleterre au 18e siècle, c’était le moment où les jeunes filles de l’aristocratie et de la haute société toutes vêtues de blanc, gantées et coiffées d’un diadème entraient dans la vie publique. La reine Elizabeth mit un terme à cette tradition en 1953. Elle perdure encore à Paris, New York et Vienne.

Désormais, les débutantes portent des créations des plus grandes maisons de couture dans toutes les gammes de tons.

Cette année, parmi les débutantes, on comptait la présence de la princesse Maria Caroline de Bourbon-Deux-Siciles, duchesse de Palerme, fille du duc et de la duchesse de Castro et filleule du prince Laurent de Belgique. La princesse polyglotte (elle parle le français, l’anglais, le russe, l’italien, le portugais, l’italien et l’espagnol) avait choisi pour cavalier le prince Léopold de Nassau, fils du prince Guillaume de Luxembourg, un neveu du grand-duc Henri. Elle portait une création de Ralph&Russo.

Parmi le Gotha, également la princesse Louise d’Orléans, fille du duc et de la duchesse de Chartres.

Le joaillier officiel de l’événement était Harakh Mehta.

Outre le glamour et la médiatisation de l’événement avec des jeunes filles issues cette année de 13 pays différents dont la fille cadette de Jean-Paul Belmondo et les jumelles de Julio Iglesias, c’est aussi un acte caritatif puisque les bénéfices sont reversés à l’asbl Seleni qui vient en appui aux jeunes filles mères célibataires et à Enfants d’Asie.