Ce qui est incroyable à Bruxelles, c’est que d’où que l’on regarde, il y a de l’ancien, du moderne et quelque chose en construction”, sourit Jolanda Cléton, épouse d’Eric Cléton et propriétaire du Juliana, le nouvel hôtel 5 étoiles à Bruxelles qui est sur le point d’enfin ouvrir ses portes. Initialement prévue en septembre puis en novembre, l’inauguration officielle est prévue pour septembre mais on devrait déjà y voir défiler des clients cet été. 

Dans la catégorie luxueuse des 5 étoiles, Bruxelles a malheureusement perdu le Métropole mais vient là de se voir ajouter un véritable petit bijou. Cet hôtel cosy, raffiné, singulier, véritable écrin luxueux de 43 chambres et suites, ne répond à aucune norme internationale. Le couple Cléton l’a voulu ainsi, accueillant, différent et “comme à la maison”. Tout comme les deux autres 5 étoiles qu’ils possèdent dans leur collection, l’un à Paris, l’autre à Cannes.

Toutes les chambres sont uniques et les œuvres d’art qui sont partout (ici un immense miroir signé Starck, là, un tableau du XVIIIe, dans les chambres des photos d’acteurs signées de grands photographes) font partie de la collection personnelle des Cléton. Eugenio Manzoni, curateur d’art contemporain et moderne, a également assisté la famille pour que l’ensemble se glisse dans le style néoclassique du bâtiment et lui donne cette personnalité ponctuée de mosaïques que l’on retrouve sous bien des formes.

Première originalité, derrière la façade blanche de l’hôtel situé place des Martyrs, on entre non dans un large lobby mais bien davantage dans un appartement. Une touche de club anglais, un peu de charme suranné comme dans un palace normand : on oublie que la rue Neuve est à un jet de pierre et les canapés moelleux invitent à la décontraction. Sur les murs, des papiers peints texturés tous faits sur mesure donnent un relief fou à l’endroit. L’Antichambre, une maison de parfum luxueuse et exclusive bruxelloise, en a conçu le parfum d’intérieur.

Dans chaque chambre, des tableaux, meubles, lampes et sculptures donnent parfois l’impression d’être au Mauritshuis de La Haye ! La technologie en plus : miroir intelligent et machine à expresso sur batterie. Au –1, une piscine construite sur le modèle de celle des Versace, un hammam, un sauna…

Mais ce qui devrait faire du Juliana non un hôtel fermé sur son quant-à-soi mais bien un lieu ouvert qui va compter dans la vie bruxelloise, c’est son bar qui servira des cocktails signés par le célèbre bartender Andy De Brouwer, mais surtout sa brasserie accueillant 80 couverts au cachet Art Déco. C’est une toute jeune cheffe, Rosa Cardarola qui va en écrire les premières pages avec une préférence pour une cuisine franco-belge et de bons produits belges… Une grande terrasse extérieure parfait ce restaurant.