La dernière tranche de 7,7 millions n’a pas été honorée. Le vendeur a saisi la justice.

Le prince Andrew accumule les ennuis depuis son interview catastrophe sur la BBC pour tenter de justifier qu’il avait conservé son amitié avec le milliardaire Jeffery Epstein (qui s’est suicidé en prison) au cœur d’un réseau de prostitution de mineurs, qui eut pour conséquence que le fils de la reine Elizabeth annonce son retrait de la vie officielle de la Cour.

Depuis ses rares apparitions privées ont toujours suscité des réprobations comme lorsqu’il a notamment été photographié en train d’aider son ex-épouse Sarah pour préparer des paquets de friandises pour le personnel soignant.

Depuis la crise du Covid-19, Sarah Ferguson est en effet sous tous les fronts : en appui aux malades et à leurs familles, apportant des victuailles au personnel et faisant chaque jour sur une chaîne you tube d’un conte pour enfants. Les ex-époux qui ont conservé une excellente relation, vivent sous le même toit à Royal Lodge sur le domaine de Windsor.

Divorcés depuis 1996, ils ont acheté en 2014 un chalet à Verbier un Suisse. Une destination qui a depuis des années leur prédilection pour les séjours au ski. Cet achat commun était présenté comme un investissement pour leurs filles les princesses Beatrice et Eugenie.

Acquis pour 21 millions €, l’acte prévoyait un paiement échelonné. La dernière tranche de 7,7 millions devait être payée au 31 décembre 2019, ce qui n’a pas été le cas.

Le vendeur a donc décidé de saisir la justice suisse. Une nouvelle tourmente dont le prince Andrew et par extension les Windsor se seraient bien passés.