Le monde du sport est à l’arrêt. Toutes les salles sont fermées et nos dirigeants n’ont pas donné beaucoup d’espoirs d’un déconfinement rapide. La majorité des établissements tentent de survivre en proposant des cours en ligne mais, malheureusement, ils font face à une perte régulière de pratiquants.

Pourtant, Yoga Room a réussi l’inverse ! Grâce à son offre multiple de cours à distance (45 par semaine de 7 à 22 heures), il est parvenu à conserver ses 4.500 clients/pratiquants. Ceux-ci ne peuvent plus se rendre physiquement dans les neuf studios établis en région bruxelloise mais aussi à Paris ou à Lyon mais ils suivent assidûment les cours en ligne soit en live soit en replay. Une formule forcément nouvelle qui permet à de nombreux adeptes de satisfaire à leur séance quand bon leur semble.

" Ce passage obligé au digital ne va pas disparaître avec la réouverture, affirme Pierre Rousseaux, passionné de yoga et fondateur en 2016 de Yoga Room. Notre offre en ligne permet encore plus de flexibilité à nos membres mais a aussi permis à certains de découvrir ce sport. "

Malgré plus de 200 jours de fermeture, Yoga Room a donc réussi à ne pas sombrer. Mieux, cette activité digitale (25% des membres s’y sont abonnés) permet de couvrir une partie de frais. En attendant le retour en vrai comme on dit. Actuellement, il est établi que les membres s’adonnent à trois séances par semaine.

Pierre Rousseaux pense néanmoins aussi à ses collègues et plaide pour une réouverture prochaine.

" Je suis évidemment solidaire et nous appelons le gouvernement à rouvrir nos studios d’autant que le yoga est un sport sans le moindre contact et que notre secteur n’a pas reçu la moindre aide spécifique durant une fermeture qui n’en finit pas. "

Car Pierre nourrit des projets et souhaiterait les mener à bien. Avec l’aide de la plateforme de crowdlending Bee Bonds, il espère lever 2 millions d’euros afin d’augmenter le nombre de ses studios (deux nouveaux verront le jour à Bruxelles en 2021 et 2022. Une preuve supplémentaire que cette crise, involontaire et profonde, débouche sur de nouvelles opportunités et des envies d’avancer. Et de créer des emplois. Pour l’heure, Yoga Room fait travailler 30 personnes plus les professeurs.