Magazine Les enfants sont aussi sensibilisés aux bons gestes et aux bons réflexes pendant leurs vacances.


La protection de l’environnement est devenue l’une des priorités des enfants et des adolescents. Les nombreuses manifestations pour le climat, lancées à l’initiative des jeunes dans le pays depuis le début de l’année, le prouvent.

Les camps de vacances n’y échappent pas, à l’image des Scouts et Guides Pluralistes de Belgique (SGP). “ On le voit, les jeunes sont préoccupés par le climat. Ils sont sur le terrain, ils sont soucieux. Tout ce qui est lié à la protection du climat tient une place énorme dans leurs préoccupations. C’est assez incroyable. Les jeunes sont une vraie force de frappe” constate Thais Baugniet, chargée de communication et de projets aux SGP.

Les Scouts et Guides Pluralistes de Belgique agissent pour “ épauler au maximum les jeunes”. Cet été, le mouvement dénombre entre 3000 et 4000 jeunes avec une organisation de 144 camps de la fin du mois de juin jusqu’à la mi-août. Certaines sections ont décidé de faire du zéro déchet. Les sections concernent aussi bien des enfants de 5 ans que des adolescents de 17 ans. “ Les activités ne sont pas toutes les mêmes. Chaque tranche d’âge s’implique à sa manière. Au total, ce sont un tiers de nos sections qui sont concernées par ce choix de faire du zéro déchet”.

"Des activités qui impliquent les jeunes"

Dans leur démarche, les Scouts et Guides Pluralistes de Belgique ont décidé de renouveler leur partenariat avec l'association Zero Waste Belgium. Cette collaboration veut sensibiliser les jeunes sur l'alimentation ou encore la gestion des déchets. Parmi les activités mises en place, l’organisation de commandes en vrac groupées, des ateliers pour créer ses propres éponges ou installer du compost. “Ce sont des activités qui impliquent les jeunes. Ils doivent se rendre compte des changements qui s’opèrent”.

Preuve de leur engagement, les SGP participent au label “Camps durables”, initié par le ministre wallon de l’Environnement et de la Transition écologique, Carlo Di Antonio. Le but ? Que les mouvements de jeunesse multiplient les initiatives pour favoriser la transition écologique. 

Les SGP n’ont pas attendu les manifestations pour le climat pour s’activer. “Cela fait des années qu’on est dans une démarche plus responsable, huit ans pour être précis”. AgiTaTerre est justement l’un de ces premiers outils pédagogiques. Sous la forme de fiches, les jeunes ont des pistes de réflexion et d’action pour mieux protéger l’environnement. Des défis sont également proposés aux enfants. Ils peuvent se filmer ou se prendre en photo pendant qu’ils mènent une bonne action pour l’environnement. “Même avec ces supports plus légers, le but reste le même : promouvoir les bonnes pratiques pour préserver notre planète”.