Qu'on les trouve dans l'alimentation ou en complément alimentaire, les solutions coupe-faim et anti-grignotage peuvent aider ponctuellement.

Alors que la belle saison arrive, on recommence à entendre parler poids. En Belgique, une personne sur deux souffre de problème de poids et c'est bien là que le bât blesse : dans notre rapport à notre corps qui devient une souffrance. La faim émotionnelle qui fait grignoter ou qui pousse vers une alimentation compulsive et riche en sucres peut aussi être un problème insoluble pour nombre de femmes et d'hommes. Que faire alors quand on se sent mal aux entournures, que l'on a envie de s'alléger ? Il faut réussir à changer ses comportements, à prendre le chemin d'une bonne hygiène de vie. Plus facile à dire qu'à faire bien sûr !

Alors les réducteurs d’appétit ou brûleurs de graisse peuvent-ils aider ? La diététicienne Viridiana Grillo explique directement que les potions ou les pilules miracles n’existent pas ; “le travail de maigrir, c’est vous qui l’effectuez, en changeant vos habitudes !” Ces compléments n’agiront pas, en plus, de la même façon chez tout le monde car chacun fonctionne différemment au niveau de son métabolisme. Viridiana Grillo estime que, pour les personnes ne souffrant pas d’un surpoids important, les dispositifs “avec un effet chélateur de graisses, c’est-à-dire qui conduisent à malabsorber les graisses” ou activent la thermogénèse peuvent agir comme un coup de pouce.

Mais tout ça en parallèle d'un régime alimentaire varié riche en légumes et en fruits et d'une activité physique d'au moins 1/2h par jour (marcher à bonne vitesse compte). À noter que la prise de ces comprimés ou poudres n’est pas anodine; s’ils sont vendus librement en pharmacie, ils sont tous estampillés comme étant des dispositifs médicaux.

Pour la nutritionniste Lucia Capone, il ne faut pas se tromper dans le choix du complément : “Le mode d’action des brûleurs de graisse ne produira aucun effet chez les personnes qui mangent beaucoup de sucre”, prévient la nutritionniste Lucia Capone.

On a testé Reductin Instant contre le grignotage

Pour contrer le snacking ou le grignotage compulsif, il existe des dispositifs qui promettent d'agir directement sur la dépendance au sucre. Sur le marché belge, Reductin existe depuis des années et a mis au point cette année le Réductin Instant qui "coupe net les envies de sucre, en stimulant la dopamine et en régulant la production d’insuline avec des produits naturels : le safran, le chrome et la cannelle", explique le laboratoire belge. Sans problème de surpoids mais avec quelques kilos... qui nous pèsent, nous avons donc essayé ce comprimé sublingual (qui fond dans la bouche) à prendre quand l'envie de sucreries nous prend, surtout l'après-midi ou en cas de contrariété ou de stress... Efficacité des principes actifs, effet placebo ? En tout cas, au bout d'un mois et 1/2, la boîte y est passée (40 comprimés) mais on a eu l'impression de moins penser "sucres" et chocolat, ce qui était une bonne surprise, de même que le bon kilo en moins sur la balance au bout de 3 semaines. Et par la suite, sans effort, le contrôle des envies a été plus facile.

Après renseignement pris auprès d'une professionnelle," il ressort que "ce type de produit peut aider en parallèle", affirme la diététicienne Shoshana Dalpès de la Clinique du poids idéal. Mais comme toutes les spécialistes de l'alimentation le soulignent : ce coup de pouce momentané doit aussi s'accompagner d'une vraie réflexion sur son rapport à la nourriture. 

“C’est bien beau de s’aider de pilules mais il faut surtout penser à réécouter les besoins de son corps : dormir plus, manger des portions normales, moins de féculents, moins de sucres, moins d’alcools, plus de légumes, plus de bonnes graisses”, énumère Viridiana Grillo. Et si l’on veut se supplémenter, autant le faire pour soutenir ses fonctions digestives et hépatiques. Et s'aider avec des coupe-faim naturels que l'on trouve dans l'alimentation, comme le propose la vidéo ci-dessus.