C'est une enquête interpellante qu'ont réalisée nos confrères de Paris Match. Ils révèlent l'importance de la Belgique dans un trafic d'objets provenant de sites archéologiques pillés ou issus de vols. La vente de ces œuvres détournées profite notamment aux groupes armés établis dans le Proche-Orient. 

Cette "archeomafia" sévit depuis une dizaine d'années et passe par de nombreux intermédiaires. Des pilleurs locaux en passant par de nombreux intermédiaires pour finir dans des musées, galeries ou encore des collectionneurs privés. 

Plusieurs itinéraires existent pour ces antiquités dérobées dans les sites archéologiques de la Cyrénaïque notamment. Les pistes suivies par Paris Match les emmènent chez nous, à Bruxelles, où plusieurs affaires judiciaires se croisent... 

Une enquête en vidéo à découvrir ici.