C'est l'étrange recommandation faite par le président du Sénat du Kansas à ses élues. Celles-ci se sont bien évidemment révoltées contre la mesure sexiste.


Mitch Holmes a sans doute oublié que les femmes américaines (et pas seulement) avaient le droit de s'habiller comme elles le désiraient sans que personne ne puisse émettre de commentaire à ce sujet. Le président du comité sénatorial du Kansas a en effet décidé d'imposer un dress code aux élues. Dans ce fascicule, il est indiqué qu'elles ne doivent pas porter de jupes trop courtes ou de décolletés trop plongeants. Les tailleurs et talons aiguilles portés par leurs collègues distrairaient les élus masculins qui seraient donc incapables de se concentrer. "Il est important que l'attention des hommes soit focalisée sur le problème à régler, non sur les femmes", a expliqué sans se démonter l'auteur de la mesure. 

Si le républicain a réussi une chose, c'est bien à se mettre les femmes des deux partis politiques à dos, explique Madame Figaro. Deux républicaines et deux démocrates n'ont pas hésité à prendre la parole contre le président du Sénat. "Mais bon sang, à quel siècle vivons-nous?", s'indigne Laura Kelly. "Qui va définir la longueur de la jupe que nous pouvons porter? Est-ce que cette mesure s'applique aussi aux sénateurs?", se demande Vicki Shmidt.

Le républicain qui s'est donné le droit de dicter aux femmes les tenues qu'elles pouvaient ou non porter n'a pas jugé bon d'adopter des règles similaires pour les hommes.