Magazine

La maman a été obligée d'amener sa petite fille de cinq mois au Parlement, faute de solution. Une décision qui divise sur les réseaux sociaux. 


Mardi dernier, la députée Mette Abildgaard se rend au Parlement pour une séance. Exceptionnellement, elle est accompagnée de sa petite fille, Esther, âgée de cinq mois. Son époux ayant eu un contre-temps, Mette Abildgraad n'a pas eu d'autre solution : elle doit prendre son enfant avec elle.

Mais cette décision est loin de faire l'unanimité, à commencer par la Présidente du Parlement, Pia Kjaersgaard. Cette dernière a tout simplement demandé à Mette Abildgraad de quitter les lieux. "On ne veut pas de toi avec ton bébé dans la salle du Parlement" lui a-t-elle déclaré. La jeune femme de 30 ans a dû confier son enfant à un collaborateur pour poursuivre la séance.


"J'ai déjà vu un collègue avec un enfant"

Mette Abilgraad a fait part de son mécontentement sur ses réseaux sociaux. Elle s'est défendue en écrivant : "Je n'ai pas demandé la permission de l'emmener, car j'ai déjà vu un collègue avec un enfant dans la salle. Cela n'avait pas causé de problème". Avant d'emmener sa petite fille dans la salle avec elle, Mette Abildgraad s'est assurée que cette dernière n'allait pas faire de bruit ou gêner le déroulement de la séance. "Elle était de bonne humeur et avait une tétine dans la bouche".


Suite à sa publication sur Facebook, la députée a reçu de nombreux messages de soutien "vous n'avez pas peur de bouger les lignes. Vous fondez une famille alors que votre carrière évolue" ; "ce comportement de la présidente est inacceptable. Il devrait avoir de la place pour les mères, les pères et les bébés. L'Assemblée représente tout le monde !" ; "Mette, vous avez toute ma sympathie. Il doit y avoir de la place pour être à la fois maman et politique". A l'inverse, d'autres internautes n'ont pas compris la décision de Mette Abilgraad. "Cela aurait dû rester confidentiel. Vous profitez de votre enfant pour faire votre promotion" ; "Il n'y a pas de discussion possible. Les bébés n'ont pas leur place au Parlement, peu importe la situation".

La Présidente du Parlement s'est de son côté exprimée à l'agence danoise Ritzau : "Ce sont les parlementaires qui doivent être dans la salle. Pas les bébés, ni les enfants". Suite à cet événement exceptionnel, elle a promis la mise en place de règles claires sur le sujet. La priorité donnée aux enfants est une pierre angulaire du système du pays scandinave, où les mères peuvent profiter d'un congé parental de près d'un an.

La petite Esther n'a que cinq mois, mais elle a semé la zizanie au Danemark.