Magazine

Fin janvier, Test Achats a comparé 10 langes. Ceux des marques Carrefour et Delhaize n’ont pu être intégrés à la sélection car les fabricants prévoyaient de les modifier durant la phase de test. Résultat ?


Les Pampers Premium Protection Maxi rafle la tête du classement, talonné de près par les Pampers Baby Dry Maxi. Tous deux sont élus "Meilleur du test", par Test Achats qui pointe tout de même leur prix élevé. Ils coûtent respectivement 8,99 € pour 24 pièces (675 € par an) et 8,99 € pour 25 pièces (602 € par an). Test Achats à élu les langes Bebino Maxi (distribué par Aldi) et Boni Maxi (distribué par Colruyt) "Maître-Achat", en raison de leur excellent rapport qualité prix. Tous deux reviennent à 274 € par an en moyenne.

Les trois langes écologiques ou "éco-responsables" de la sélection (Eco by Naty, Moltex nature n°1 et Tamboor Premium) "terminent en queue du classement et sont les seuls à être de qualité moyenne", sans plus", indique Test Achats qui précise qu’avec les langes Naty, "les fuites sont inévitables". "Il y en a eu également, mais dans une moindre mesure, avec Cora Baby (le lange distribué par Cora arrive en 6e position, NdlR) et Tamboor Premium." Le critère réhumidification - qui juge si le liquide absorbé par la couche ne remonte pas à la surface, réhumidifiant le voile en contact avec la peau - a également été testé. "Ce problème est bien réel avec Naty, Tamboor Premium et, dans une moindre mesure, Moltex Nature", conclu Test Achats.

Enfin, les experts du labo ont recherché d’éventuelles substances chimiques indésirables dans les langes, telles que des allergènes, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ou des herbicides. "Nous n’avons pas trouvé d’allergène ni de HAP. En ce qui concerne les herbicides, rien d’alarmant n’a été mis en évidence, même si potentiellement des traces d’herbicide peuvent se retrouver dans les langes puisqu’ils se composent en bonne partie de fibres naturelles (cellulose, coton)", indique Test Achats. "Nous avons décelé d’infimes traces de glyphosate dans les langes Moltex (écologiques !) et, encore plus infimes, chez Kruidvat (non écologique). Certes, le glyphosate est interdit dans la culture du coton biologique, mais il peut malgré tout avoir contaminé les eaux souterraines. Cela dit, les seuils détectés ici sont tellement minimes qu’il n’y a vraiment pas lieu de s’inquiéter. Mais cela montre une fois de plus que les produits bio ou écologiques ne sont pas automatiquement à l’abri d’une contamination par des substances indésirables."