Les problèmes socio-économiques suscités par le virus ont une incidence considérable et grave sur les filles et les femmes en position vulnérable ou précaire dans le monde entier. Un triste exemple ? Concernant le risque de mutilations génitales chez les filles, les chiffres sont alarmants : actuellement, quelque 200 millions de femmes ont été mutilées et selon les estimations, la pandémie ajoutera environ 2 millions de cas à ce nombre.

Quant aux mariages forcés, tous les ans, quelque 12 millions de filles se marient avant l’âge de 18 ans. Au vu de la violence de la crise du coronavirus qui se prépare, les experts estiment qu'au cours des 10 années à venir, pourraient s'y ajouter un nombre de mariages d’enfants et d’adolescentes estimé à quelque 13 millions.

Une situation plus que préoccupante que dénonce Plan International : "Des études scientifiques antérieures de la Banque mondiale ont déjà montré que si nous voulons améliorer les perspectives des enfants dans le monde, les filles sont un groupe crucial. Pour casser la spirale de la pauvreté, il est essentiel que les filles aient le même accès à l’éducation et à l’enseignement que les garçons". Car la discrimination systématique des filles est un frein à leur développement mais aussi à celui des garçons, dans le monde entier.

Or, la pandémie du Covid 19 compromet la sécurité des filles partout dans le monde du fait d’une plus grande instabilité sociale et économique.

Plan International lance la première campagne mondiale de collecte de fonds Girls in Crisis, au bénéfice des filles que la crise du coronavirus met en situation de vulnérabilité ou de précarité dans le monde entier. Les fonds récoltés iront à l'organisation de réponses aux dangers qui menacent les filles en cette période perturbée et perturbante : formation d’aidants pour protéger les filles contre les violences et l’exploitation, facilitation de l'accès des filles à la contraception et à l’éducation sexuelle, distribution de kits d’hygiène dans les pays partenaires et les camps de réfugiés.

Elle a été lancée en Belgique cette semaine et dure jusque la fin du mois. En faisant un don de 40 euros, on peut aider deux filles dans leur scolarité pendant un an.

> Plus d'infos sur le site de Plan International Belgique.