La raison est simple : en ballon, on ne touche pas le sol. Or, le vertige est dû à l’oreille interne, et au système vestibulaire qui s’y loge, qui nous oriente et assure la posture corporelle. Le vertige survient quand le corps sent qu’il s’appuie sur un élément solide (un muret, un échelon…) mais que les yeux présentent au cerveau le vide qui se déploie devant lui, ou la hauteur du précipice que ce même cerveau peut imaginer grâce à la perspective. Cette discordance d’information crée une sensation de déséquilibre ou de mal de mer. Elle n’existe cependant pas dans une montgolfière, car sans connexion avec le sol, il n’existe pas de “ligne de fuite” qui permet au cerveau d’appréhender la hauteur ni la profondeur du paysage. Si ce n’est la peur du vide, qui se dissipe chez beaucoup après le décollage, on ne ressent donc pas de vertige dans une montgolfière.

De même, le ballon évoluant en même temps que la masse d’air qui le déplace, il ne “bouge” pas, ce qui évite le mal de l’air.