"Si les gens sont préoccupés par leur sommeil mais disposent d'un temps limité pour faire de l'exercice, ils peuvent envisager de donner la priorité aux entraînements de résistance", a résumé Angelique Brellenthin, professeur assistante en kinésiologie à la Iowa State University.

Selon une étude dont les premiers résultats ont été publiés par l'université américaine (mais pas encore évalués par des pairs), il apparaît en effet que les exercices de résistance présentent plus d'avantages que l'aérobic en ce qui concerne la qualité du sommeil. En bref, il vaudrait donc mieux faire des séances de musculation que d'aller courir si on veut mieux dormir. Toutefois, faire un sport - n'importe lequel - a toujours plus d'effets bénéfiques que de ne pas en faire, précise la chercheuse.

Pour déterminer quel sport conduisait au meilleur sommeil, l'enseignante s'est basée sur un panel de 400 participants répondant à des critères bien précis, comme un surpoids, une pression sanguine élevée et un manque d'activité. Les participants à l'étude ont accepté de faire 1h de sport trois fois par semaine pendant un an. Pour déterminer quels sports ils devaient pratiquer, ils ont été séparés en quatre groupes. Le premier comprenait uniquement des exercices de résistance, où les participants devaient faire 3 séries sur 12 machines faisant travailler les muscles principaux (flexion des biceps, crunch, extension de jambes et des dips). Le deuxième comprenait uniquement des exercices d'aérobic (jogging sur tapis roulant, vélos elliptiques ou stationnaires). Le troisième groupe était mixte : 30 minutes de cardio puis 30 minutes d'entraînement en résistance. Le quatrième n'a pas fait d'exercice du tout. Tout au long de l'étude, les participants étaient invités à remplir un questionnaire pour auto-évaluer leur qualité de sommeil.

Quelle qualité de sommeil?

Au début de l'étude, plus d'un tiers des participants se plaignaient d'une mauvaise qualité de sommeil et déclaraient dormir moins de 7 heures par nuit. A la fin de l'année, 42% des "mauvais dormeurs" du groupe qui n'a fait que des exercices de résistance ont déclaré avoir gagné en moyenne 40 minutes de sommeil. Ceux du groupe 100% aérobic ont gagné 23 minutes de sommeil, ceux du groupe mixte 17 minutes de sommeil et ceux qui n'ont pas fait d'exercices du tout ont dit avoir gagné 15 minutes. Cette amélioration du sommeil pour le groupe qui n'a pas fait d'exercice peut s'expliquer par le fait que les données étaient auto-déclarées, ce qui veut dire que ce sont les participants eux-mêmes qui évaluaient la qualité de leur sommeil. Pour la chercheuse, cela montre tout de même que "faire du sport est mieux que de ne pas en faire du tout, y compris au niveau de la qualité du sommeil".

Au cours de l'étude, l'efficacité du sommeil, c'est-à-dire le temps que l'on passe réellement à dormir dans son lit, a augmenté pour les personnes qui ont fait des exercices de résistance et des exercices mixtes. Les personnes qui ont fait des exercices de résistance s'endormaient généralement plus vite que toutes celles des autres groupes.

Si l'étude doit encore être confirmée par d'autres scientifiques, les premiers résultats ont déjà été présentés au cours d'une conférence organisée par l'American Heart Association, une asbl qui veut "construire une vie plus saine pour réduire les problèmes cardiaques".