Sur la nouvelle plate-forme dédiée à la santé mentale et au bien-être nommée Noös (la conscience, en grec si l’on veut faire vite), ce ne sont pas des cases à remplir pour prendre rendez-vous avec un professionnel de la santé et des soins qui attendent les internautes mais une question : “Comment pouvons-nous t’aider aujourd’hui ?” En dessous, des thématiques comme “prendre soin de sa féminité”, “manque de sommeil” ou encore “mieux gérer le stress au bureau” ou plus ludique “commencer le yoga dès aujourd’hui”.

Cette plate-forme que son fondateur, Antoine Sépulchre voit comme un vrai réseau social qui rassemblera à terme une immense communauté, permet d’avoir accès à des spécialistes, des thérapeutes, des coachs, ... bref, des praticiens de médecine intégrative ou alternative qui oeuvrent tous finalement au mieux-être des êtres qu’ils reçoivent, aident et soignent. Hypnose, yoga, psychothérapie, ayurveda, médecine traditionnelle chinoise, homéopathie, sexothérapie, sophrologie, EMDR, shiatsu, acupuncture... sont quelques-unes des très nombreuses pratiques proposées aux visiteurs.

Rapprocher praticiens et êtres humains

Mais Noös est loin de se voir comme un simple dokagenda de la santé mentale et du mieux-être ! “Notre objectif est triple”, souligne Antoine Sépulchre. D’abord, “l’ambition de réduire drastiquement la période entre les premiers symptômes d’un problème de santé mentale et le moment de la prise en charge par un professionnel. Aujourd’hui l’OMS estime cette période à 10 ans”, explique Emilie de Morteuil, cofondatrice. Avec Noös, “sa simplicité d’utilisation, son intuitivité et l’inspiration ciblée par l’intelligence prédictive qu’amène la plate-forme, on va la compresser à moins de 6 mois d’ici quelques années”, complète Antoine Sépulchre.

Impact sociétal

L’autre ambition de la plate-forme est d’éveiller le plus possible les consciences au fait que le changement est en nous, “Le changement pour un meilleur monde et un meilleur nous. J’aime dire que la douleur dans la vie est inévitable, mais la souffrance depend entièrement de l’intérprétation que nous faisons de nos experiences”, martèle Antoine Sépulchre. Forts de ces principes, les fondateurs n’hésitent pas à prendre contact avec les politiques, les sommités scientifiques élaborant des projets ambitieux, les start-up innovantes en matière de santé et de bio-technologies pour avoir à terme un impact sociétal qui dépasse les frontières de la Belgique. “L’ambition est de mettre les réseaux sociaux au service du bien-être et de devenir le leader du marché en 10 ans”, annonce Antoine Sepulchre, “Je suis très inspiré par les algorithmes créés par Facebook et Instagram, je trouve cela fabuleux. Par contre, pourquoi ne pas utiliser la technologie à bon escient ? Nous pouvons utiliser toutes ces datas pour analyser les intérêts des personnes non pas pour leur vendre des choses dont ils n’ont pas besoin, les frustrer, les déconnecter d’eux-mêmes”.

Inspiration

En ces mois difficiles, Noös se veut aussi source d’inspiration en donnant voix à une communauté où échange, conseil et avis vont bon train. Cette plate-forme axée sur le mieux-vivre éclot au meilleur moment où le monde en a sans doute le plus besoin : l’OMS estime qu’une personne sur deux est aujourd’hui en détresse psychologique...

“on veut planter des graines sur le chemin d’éveil pour travailler au bien-être de l’humain. Et c’est possible puisque la médecine alternative est une pratique connue et utilisée par un Européen sur trois”. Pour la journée internationale du bonheur, Noös a aussi lancé cette semaine une page web spécifique avec des articles, vidéos, recommandations de films et livres ainsi que des pratiques qui peuvent aider dans la quête vers son bonheur.