Magazine

Pour soigner une flore intestinale complètement enflammée par de mauvaises bactéries, cette technique fait désormais l'objet de toutes les attentions médicales. Décryptage.

"Après une TMF, il y a plus de 90% de guérisons sans récidive, là où les antibiotiques ne font pas mieux que 30 à 40% de guérison dans cette forme récidivante de colite. C'est vraiment un traitement qui marche très bien", assure le Docteur Julien Scanzi, gastroentérologue au CHU de Clermont-Ferrand et à l'Hôpital de Thiers (Puy-de-Dôme).

Les vertus médicales des matières fécales sont connues depuis longtemps. Dans la Chine du 4e siècle, on administrait déjà des excréments pour soigner des empoisonnements alimentaires et diarrhées sévères. Au 16e siècle, le médecin et herboriste Li Shizhen faisait avaler à ses patients une "soupe jaune".

Mais hormis quelques expériences notamment chez des vétérinaires et des soldats allemands prenant exemple sur des Bédouins pendant la Seconde Guerre mondiale en Afrique du Nord , il a fallu attendre 2013 pour qu'une étude néerlandaise valorise scientifiquement ses bienfaits.

Pas anodin

Aujourd'hui, la recherche ne se pince plus le nez: quelque 200 études à travers le monde sont menées pour trouver de nouvelles applications. Car les perspectives sont vastes: syndrome du colon irritable, rectocolite hémorragique, maladie de Crohn, diabète, obésité, maladie de Parkinson ou d'Alzheimer, sclérose en plaques, autisme et même allergie à l'arachide.

"On pense que le microbiote est impliqué dans beaucoup de maladies, sans forcément jouer un rôle important dans toutes les maladies. Aujourd'hui, on en est aux balbutiements de la recherche pour savoir quelle partie du mélange est responsable des effets thérapeutiques", souligne le Professeur Harry Sokol, à l'hôpital Saint-Antoine à Paris.

Car le geste n'est "pas anodin". "Il y a un risque de transmettre un agent pathogène", ajoute le gastroentérologue, qui "reçoit beaucoup de demandes" refusées faute de "moyens humains", de "donneurs" et d'un "maillage territorial suffisant".