D’habitude, avec les premiers flocons qui habillent les Fagnes de blanc, nous faisons le tour du petit domaine skiable belge. Vu la situation, on devra se contenter de quelques balades. Et encore, en petit comité.

Alors, plutôt que de déprimer on préfère faire l’inventaire (non exhaustif) des événements culturels et artistiques qui devraient égayer 2 021. Nous en avions déjà évoqué quelques-uns dans le numéro précédent (les expos Warhol et Roy Lichtenstein notamment, respectivement à La Boverie Liège et au Bam à Mons).

Malgré les difficultés, des projets ont continué à se monter et sont ou seront prochainement présentés. Pour le moment les règles sont strictes mais on peut espérer qu’elles seront allégées au fil de l’état d’avancement de la campagne de vaccination et du recul de la pandémie.

Évidemment, d’ores et déjà, plusieurs événements sont annulés, les plus importants étant le salon de l’Auto et la Brafa qui devaient avoir lieu à Bruxelles en janvier, ou encore le carnaval de Binche, le Laetare de Stavelot et bien d’autres événements folkloriques amenant la grande foule un mois plus tard.

Le musée international du Carnaval et du Masque à Binche

© DimitriToebat

Voilà donc une très courte sélection, hainuyère et brabançonne, avec pour commencer Binche car, si les gilles ne seront pas de sortie, rien ne vous empêche de vous rendre dans la cité de Marie de Hongrie pour visiter le musée international du Carnaval et du Masque où se tient jusqu’au 7 mars l’exposition "Abelam - Tournés vers les étoiles" pour une rencontre fascinante avec ce peuple de Papouasie-Nouvelle-Guinée au travers d’une quarantaine de masques provenant de la collection de Marc Assayag, auteur de l’ouvrage "Les étoiles sont des yeux". Musée ô combien dynamique, le musée du Masque prévoit encore deux autres expos cette année, avec "Visions" mettant en lumière le travail de trois artistes belges (du 1er avril au 30 septembre), et "Bouffons !" (1er octobre au 31 mars 2022)

Réservation : 064/33 57 41 ou accueil@museedumasque.be

Le musée de la Photographie de Charleroi

© Peter Mitchell/RRB Photobooks

Autre musée renouvelant régulièrement son offre d’expositions temporaires, le musée de la Photographie de Charleroi, outre son exceptionnelle collection permanente, présente simultanément le travail de trois artistes : Yves Auquier, belge, photographe de l’intime pour une exposition "L’instant qui fuit" ; le Britannique Peter Mitchell avec "Nouveau démenti de la mission spatiale Viking 4", titre étonnant pour présenter les habitants de villes en mutation dans l’Angleterre des années 70 ; et enfin Michaël Dans pour "When the water clouded over", présentant des natures mortes pleines d’une certaine tendresse un peu kitsche.

Musée de la Photographie de Charleroi jusqu’au 31 janvier 2021. museephoto.be. Rés. obligatoire

Beloeil, Braine-le-château et Louvain-la-Neuve

Toujours dans le Hainaut, au château de Belœil, on croise les doigts pour que le concours d’amaryllis ait lieu cette année. Si c’est le cas, le Versailles belge se verra coloré par 6 000 de ces splendides fleurs. Autre événement très coloré attendu cette année dans la demeure des princes de Ligne, l’exposition des costumes du carnaval de Rio devrait y avoir lieu.

Les amateurs d’orchidées noteront que leur rendez-vous est fixé du 7 au 9 mai au moulin Banal de Braine-le-Château.

Toujours dans le Brabant wallon, à Louvain-la-Neuve cette fois, et alors que Tintin en Amérique vient de ressortir dans une version restaurée, le musée consacré au héros d’Hergé consacre justement son exposition à "En Amérique avec Tintin", à découvrir jusqu’au 4 avril, au travers de planches originales jamais exposées, de divers documents inédits et de nombreuses photos.

https://www.museeherge.com/fr

Deux géants de la BD déjà à l'honneur au Centre belge de la bande dessinée

© Daniel Fouss/Comics Art Museum

Covid-19 oblige, les expositions ont été malmenées tout au long de l’année 2020. Alors autant faire une piqûre de rappel (surtout que c’est de saison) avec les deux expositions actuellement en cours au centre belge de la bande dessinée, consacrées à Midam d’une part et son célèbre Kid Paddle et d’autre part à Juanjo Guarnido qui y révèle quelques secrets d’atelier pour aboutir à l’une des plus grandes séries BD qui soit : Blacksad. Comme quoi, à Bruxelles, d’autres chats ont droit de cité comme ce détective John Blacksad. Une expo à voir jusqu’au 15 mai tandis que celle sur le Kid de Bruxelles est d’ores et déjà prolongée jusqu’au 28 août.

cbbd.be

L’Adam Musée

Pour rester dans un travail de dessinateur hors pair, et surtout de designer, l’Adam Musée propose également toute une série d’événements, à commencer par une exposition déconfinée, présentant une série d’objets d’une grande fragilité demandant des trésors pour les conserver dans les réserves, à découvrir jusqu’au 15 février. Mais d’autres seront à voir une bonne partie de l’année, notamment l’expo "Standing Stones" (jusqu’au 29 août), présentant une installation de structures gonflables en acrylique biodégradable, comme si Stonehenge ou autres sites présentant des dolmens n’étaient composés que de structures d’une grande légèreté. Et du 26 mars au 29 août, "Chaise. Stoel. Chair" présentera 100 ans de design au travers de ce meuble.

Téléphone : 02/669.49.29 - info@adamuseum.be

La Maison de l’Histoire européenne

Quant à la Maison de l’Histoire européenne, c’est jusqu’en octobre 2021 qu’elle présente" Fake for Real - Une histoire du faux et de la contrefaçon". "Aujourd’hui, la désinformation est partout, mais le mal est ancien. L’histoire regorge de faux-semblants de toutes natures. Le Cheval de Troie, modèle mythologique de la supercherie, fait ainsi écho aux problèmes contemporains d’un monde dominé par Internet."

https://historia-europa.ep.eu/fr/fake-real

La Fonderie

Si un musée de la Lessive rend Spa d’une fraîcheur et d’une blancheur inégalées grâce à ses agents anti-redéposition (comme disait Coluche), la lessive est à l’honneur de La Fonderie depuis le 20 décembre et jusqu’au 6 juin. Acte désormais banal de laver son linge, laver ses vêtements a toujours joué un grand rôle social, culturel et les techniques pour rendre ce travail moins pénible n’ont cessé d’évoluer. Au travers de cette activité peuvent être abordés de multiples sujets : la sociologie, l’histoire des techniques et de la chimie, de l’industrie et du commerce, de l’hygiène, de la condition féminine, de la distribution de l’eau, de la gestion des ménages, de l’environnement, des mentalités et des pratiques, l’histoire de la lessive à Bruxelles, la littérature ou encore la peinture.

https://www.lafonderie.be/

Marcel Broodthaers au Wiels

Célèbre pour ses "casseroles de moules", l’artiste surréaliste Marcel Broodthaers bénéficiera d’une exposition au Wiels consacrée à une partie de son travail intitulée "Poèmes industriels", soit des plaques en plastique formées sous vide, l’humour de l’artiste disparu en 1976 étant toujours bien présent dans cette activité-là.

Du 31 janvier au 1er mai au Wiels, wiels.org

© Wiels.org

L'humour à l'honneur au ING Art Center  et les femmes portugaises à Bozar

Parce qu’on en a bien besoin, l’humour sera à l’honneur du ING Art Center, place Royale, en collaboration avec Kanal Pompidou, au travers de "Hahaha l’humour de l’art", du 17 mars au 18 juillet.

Quant à Bozar, parmi beaucoup d’autres événements, le lieu consacrera de grandes expositions aux femmes artistes portugaises du XXe siècle ainsi qu’à l’œuvre de Roger Raveel à l’occasion du centenaire de la naissance de ce peintre atypique de la deuxième moitié du XXe siècle.