Quand il est fait état de la beauté des couleurs des feuilles dans les pages consacrées au jardinage, la saison de référence est quasi toujours l’automne. Pourtant, bon nombre d’arbres et d’arbustes produisent au printemps des jeunes feuillages colorés spectaculaires tout à fait intéressants pour animer les jardins à cette époque de l’année. Si mars reste un mois assez hivernal, tout bascule en avril. La magie éclatante du printemps devient réalité. Les corolles lumineuses des bulbes mis en place à l’automne réjouissent les cœurs. Les écailles des bourgeons s’entrouvrent, la fête des feuillages débute. Les couleurs vives sont au rendez-vous et ne sont pas l’apanage des seules fleurs. Arbres et buissons déploient d’étonnantes colorations. Un intérêt qui dure souvent plus longtemps que la floraison proprement dite. L’été les atténue peu à peu. Puis l’automne en ravive la plupart. Les tons sont variables parfois même d’un sujet à l’autre.

© MPV/MNC

Nuances variables
© MPV/MNC

La gamme des teintes est étendue. Du rose nacré à l’orange pétaradant en passant par des pourpres subtils. Il y en a pour tous les goûts. Certains vous rétorqueront même : “pas toujours du meilleur”. Difficile de les classer par couleurs, elles fluctuent trop de l’éclosion du bourgeon jusqu’à la maturité de la feuille. Ces tonalités variables se rencontrent chez un certain nombre d’individus. Ainsi le Toona sinensis ‘Flamingo’, un arbre étonnant, s’orne de longues feuilles pennées d’un splendide rose vif au printemps. Quelques érables partagent cette caractéristique et offrent un spectacle similaire. L’Acer pseudoplatanus ‘Brillantissimum’est aussi appelé l’érable crevette pour cette raison. Ses feuilles passent du rose crevette au jaune soufré. Peu de fleurs sont capables de pareille prouesse. L’Acer palmatum ‘Phoenix’est un érable d’une grande valeur ornementale par sa coloration printanière rose brillant suivie de magnifiques couleurs d’automne. L’Acer palmatum ‘Orange Dream’débourre en fanfare dans des tons orange puis vire au vert acide pour prendre à l’automne de belles teintes dorées. Le jeune feuillage du Quercus texana ‘New Madrid’se pare, lui, d’un beau rouge pourpré lors de son apparition printanière. L’automne venu, il reprend des couleurs, feu, cette fois.

Choisir l’emplacement
© MPV/MNC

L’éclat des feuillages dépend des rayons de soleil qui leur parviennent. Chacun d’entre eux a ses exigences. Certains dorés préfèrent éviter un ensoleillement trop fort. Ils se montrent très utiles à mi-ombre où ils mettent une touche de gaieté Tandis qu’au soleil, les pourpres semblent littéralement scintiller. Leur plantation parmi les autres végétaux du jardin demande un peu d’attention afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Lorsque la lumière vient de l’arrière-plan et les traverse obliquement, l’effet produit en transparence est magique. Rappelant les rais de soleil jouant dans les vitraux d’une cathédrale. C’est particulièrement vrai pour le Cercis canadensis ‘Forest Pansy’.

Les premiers bourgeons de ces feuillages incandescents peuvent être sensibles aux vents froids et desséchants. Parfois une plantation à exposition nord est nécessaire pour retarder au maximum la feuillaison et ainsi les protéger.

© MPV/MNC

De l’or, de l’or

Les feuillages dorés, on aime ou on déteste. C’est comme ça. Pour ceux qui apprécient, il y a vraiment de quoi s’amuser dans toutes les catégories. Voici quelques idées. Betula nana ‘Golden Treasure’est un bouleau nain sans histoire, au port ramassé et au feuillage jaune brillant du début du printemps à la fin de l’automne. Vous aimez l’or, pensez aussi à la symphorine, Symphoricarpos chenaultii ‘Brain de soleil’une nouvelle sélection française. Une variété qui ne passe pas inaperçue aux jeunes pousses orangées et au feuillage doré. Une petite luzule, Luzula silvatica ‘Solar Flair’est une variante récente de jonc qui éclaire les sous-bois ombragés grâce à sa couleur en hiver et au printemps. Il y a dans la famille des spirées, quelques recrues éclatantes qui ne manquent pas d’intérêt. Certains berbéris d’humeur assez flashy sont à eux seuls un feu d’artifice printanier. À explorer.

© MPV/MNC

Jeunes pousses
© MPV/MNC

Pour les uns, c’est l’entièreté de l’arbre ou de l’arbuste qui se pare de belles couleurs printanières, pour les autres, c‘est uniquement l’affaire des pousses de l’année. Quelques végétaux, souvent à feuillage persistant ont la particularité de développer des jeunes pousses aux couleurs intenses qui se démarquent radicalement du reste de l’arbuste. C’est le cas notamment des Pieris, des Photinia, des bambous sacrés, Nandina domestica. Un buis a lui aussi des pousses décoratives, Buxus sempervirens ‘Aurea’. Les Nandina sont des arbustes à feuillage persistant dont la couleur des extrémités évolue avec la saison, rose pour commencer, vert bronze par la suite, rouge orange en automne. Un Photinia, Photinia serratifolia ‘Pink Crispy’, une obtention néerlandaise récente surprend par l’aspect de son feuillage et la couleur de ses rameaux, une variété compacte qui peut être cultivée dans un grand pot.