Magazine Canicule : Véronique se sent directement nauséeuse, Jean-Marc transpire et mouille la chemise sans même bouger beaucoup, et au beau milieu de l'après-midi, certains collègues se traînent en râlant : "moi, c'est clair, je ne supporte pas la chaleur". La canicule dans les bureaux non climatisés, dans le métro, dans les rues ensoleillées, dans les appartements surchauffés, est difficile à vivre pour toutes et tous... Mais pour certains, dans les mêmes conditions, c'est pire que pour d'autres.

Pourquoi ? "Tous les corps agissent de la même façon pour combattre la chaleur : "c'est l'homéostasie. Le corps va entrer en hypersudation, va perdre de l'eau et du sel. Les reins vont devoir compenser. Et ce qu'il faut c'est un niveau d'hydratation constant. Autrement dit, il faut boire, de préférence de l'eau minérale", explique le cardiologue Patrick Assyag.


Première inégalité : certains ne boivent simplement pas assez

Nous tenons donc notre première raison d'inégalité : si certains sont plus accablés par la chaleur, c'est souvent parce qu'ils boivent moins que leur voisin(e) de bureau. Les hommes, avec leur pilosité plus abondante que les femmes, auront eux aussi tendance à transpirer plus, sans nécessairement compenser en buvant plus. "De même les personnes en surpoids : elles vont transpirer plus vite de part l'énergie à fournir pour se porter et se mouvoir tout simplement. Et elles non plus ne penseront pas nécessairement à boire vraiment plus", note le docteur Fortpied. C'est le conseil le plus basique lors de tout épisode caniculaire... et l'un des moins suivis finalement !

© Unsplash

Deuxième inégalité : les vêtements légers

Nos 3 millions de glandes sudoripares vont donc entrer en action et notamment là où elles sont le plus concentrées : dans les aisselles, les pieds et les mains ! S'habiller ample et léger, en coton, découvrir ses bras (et ses aisselles), ne pas enfermer ses pieds dans des chaussettes et des chaussures fait une réelle différence. Et là, les femmes sont avantagées : une robe légère et des chaussures ouvertes passe mieux qu'un short et des sandales au masculin.

Puisque l'on parle sueur, il est à noter d'ailleurs que ce n'est pas la sueur en tant que telle qui dégage une odeur de transpiration, ce sont les bactéries à la surface de la peau. Plus on prend de douches, moins on aura de bactéries sur la peau, et plus on aura de chances de ne pas dégager une odeur forte...

Troisième inégalité : la santé

L'adaptabilité à une chaleur forte dépend également de la santé de chacun. "Lorsque l'on souffre de problèmes cardio-vasculaires, d'asthme ou d'allergies, on sera davantage et plus vite incommodés par la chaleur", note Caroline Fordpied. Pourquoi ? "Si l'on est cardiaque, on va tachycardiser plus vite, la tension va monter et l'on risque de se sentir moins bien", explique-t-elle. Quant aux personnes souffrant de problèmes respiratoires, ils seront eux gênés plus vite par une sensation d'étouffement due à la lourdeur de l'air ou au fait qu'il n'y ait pas de vent. D'autres seront particulièrement sensibles aux pics d'ozone qui se produisent en concomitance avec l'ensoleillement accru. "A ceux-là, on conseille vraiment de rester à la maison et de ne pas faire d'efforts ni d'activité physique".

Enfin, si vous prenez des médicaments, certains sont des diurétiques et vous serez déshydratés plus vite... "Les personnes alcooliques doivent également faire attention, l'alcool déshydrate fortement", souligne encore le Dr Fortpied.

Heureusement, le corps est une formidable machine qui sait s'adapter, "20° chaque matin à Marseille, cela ne changera rien ou presque alors que si la température monte à 20° le matin à Lille, tout le monde sera chamboulé", remarque le Dr Assyag.

© Reporters

Quatrième inégalité : l'anxiété

Certaines personnes ont tellement peur d'avoir trop chaud, redoutent tellement l'apathie, le manque d'énergie qui peut s'ensuivre qu'elles commencent leur journée anxieuses, stressées. "Le psychologique, cela joue beaucoup, c'est vrai !", remarque la généraliste. On aura tendance alors à s'énerver (et à avoir chaud) ou à somatiser.

En plus "Nous sommes tous différents. Pour certains, l'anxiété se traduira par une hypersudation, pour d'autres, ce sera par des palpitations", conclut le docteur Boukris. Les coups de chaleur peuvent se traduire par une sensation de malaise, de vertige ou pour certain par un état nauséeux, "c'est une réaction physiologique du corps de type vagal. Cela n'est pas grave", avance Caroline Fordpied, médecin généraliste mais c'est un signe que quelque chose ne va pas. A nouveau, les seuls conseils à donner sont : buvez, rafraîchissez-vous avec un linge humide, allez prendre le frais... dans un lieu climatisé s'il le faut.