On le voit dans notre entourage, on le ressent dans nos couples ou avec nos amis : les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant les émotions et les sujets perso. Autant la majorité des femmes n'aura pas de problème à discuter de libido, de douleurs menstruelles, de problèmes de couple avec leurs amis, autant la majorité des hommes ne parvient pas à dépasser une sorte de "pudeur" qui les empêche de se confier.

Une enquête* menée par la marque Tena Men (spécialisée dans les protections contre l'incontinence) dresse un portrait intéressant des hommes face à leurs émotions, face à leurs ami(e)s.


Les hommes entre eux
Entre eux, les hommes préfèrent parler de l’actualité et du sport que de leur relation ou de sexe. Quatre hommes sur cinq ne parlent pas de tout avec leurs amis. Les troubles érectiles (69 %), les fuites urinaires (63 %) et la baisse de la libido (54 %) semblent être les trois principaux sujets dont les hommes ne parlent jamais avec leurs amis. Les hommes préfèrent ne pas parler de ces petits désagréments parce que, comme ils le disent, il s’agit de sujets qu’ils considèrent relever de la “sphère privée” (59 %), que cela les gêne (18 %) ou qu’ils ont peur que cela ne soit répété (16 %).

Les hommes parlent plus facilement du côté léger de la vie que des sujets compliqués ou personnels dont parlent beaucoup plus les femmes. Les rides, la perte des cheveux et une éventuelle mid-life crisis, tout cela ne les effraie pas. Mais il faut tout de même dire que neuf hommes sur dix aimeraient changer quelque chose, surtout leur poids (52 %) ou leur condition physique (46 %).

Voici ce qui, de l’avis des hommes rend leur vie plus dure que celle des femmes

1. La difficulté à exprimer leurs émotions

2. Le fait que les femmes leur compliquent inutilement la vie

3. Le fait que leur libido n’est pas toujours satisfaite

4. Le fait que les hommes doivent travailler plus dur que les femmes

5. Le sentiment d’être responsable de leur famille qui pèse lourd sur leurs épaules


Besoin de plus de temps pour soi

Les hommes traversent la vie à vitesse grand V, mais préféreraient pouvoir prendre plus de temps pour l’apprécier. 42 % des interrogés considèrent le fait d’être plus dans "l’instant présent” comme un point d’amélioration. Si les hommes avaient plus de temps libre, ils partiraient plus souvent en vacances (46 %), ils prendraient plus de temps pour eux-mêmes (41 %), ils consacreraient plus de temps à leurs enfants et à leur famille (35 %) et ils aimeraient faire plus de sport (28 %). Ils aimeraient aussi être plus patients et plus ouverts (31 % pour les deux sujets).

Un médecin ? Seulement si c’est vraiment nécessaire !
Malgré leurs petits désagréments physiques, les hommes se sentent en forme physiquement. 33 % s’estiment même plus en forme que la norme pour leur âge. Les hommes ne se tracassent pas trop non plus de leur look, mais par contre, oui, ils sont préoccupés par le déclin de leur santé. Et cela leur fait même un peu peur, car ils ont plutôt tendance à reporter le plus longtemps possible leurs visites chez le médecin. Un grand nombre des interrogés (39 %) choisissent même de carrément ignorer le plus longtemps possible leurs désagréments physiques, p. ex. les troubles érectiles ou les fuites urinaires dans l’espoir qu’ils disparaîtront spontanément.

* Enquête Pour le compte de TENA Men, en novembre 2016, l’institut de sondage IPSOS a mené une enquête indépendante sur les ‘sujets tabous’ des hommes. IPSOS a enquêté sur ce qui les énerve, sur leurs tabous et sur les petits désagréments qui influencent leur vie. Au total, plus de 1.000 répondants représentatifs des hommes belges sur les plans de la formation, de l'âge et de la région ont participé à l’enquête dans les catégories d'âge de 30 à 75 ans.