Magazine

Un pot, une jardinière ou tout autre récipient peuvent accueillir un peu de vos rêves fleuris. Installés au bord d’une fenêtre, sur un balcon ou sur une terrasse, ils font sourire les coins les plus citadins. 

Les plantes en pots sont nos compagnes à l’intérieur comme à l’extérieur de nos maisons. Les vrais mordus du genre savent combien cet exercice respire du temps donné avec amour. Fleurir le béton ne va de soi. S’entourer de beautés végétales n’est ni banal ni anodin. Un peu de soins et d’attentions leur sont nécessaires.

Saison théâtrale

Balcons, terrasses et appuis de fenêtre sont l’occasion de nombreuses mises en scène. Suspensions, corbeilles et autres contenants, garnis de plantes sont les acteurs saisonniers de la pièce. Le spectacle varie en fonction des nouveautés horticoles. Chaque année apporte son lot de trouvailles. Les traditionnels géraniums côtoient désormais graminées, plantes vivaces, annuelles ou bulbes dans les compositions. Seule contrainte, l’exposition.

En pratique

La taille du pot dépend de la plante à laquelle il est destiné. Une plante à croissance vigoureuse exige un plus grand pot qu’une plante de taille modeste. L’espace disponible pour les racines étant restreint, il est important de leur fournir une terre de qualité. Les plantes de balcons et de terrasses aiment l’engrais. Elles ne peuvent pas puiser en profondeur les éléments nutritifs qui sont indispensables à leur floribondité. De plus, la fréquence des arrosages a tendance à lessiver le substrat. Dans une bonne terre de rempotage, les nutriments sont disponibles quelques semaines durant, ensuite, il faut compléter avec un engrais. Le plus simple est de le diluer dans l’eau d’arrosage. Force est de constater que l’utilisation d’engrais ne permet pas de faire l’impasse sur la qualité du terreau. Car la vie est rude sur le bord des fenêtres et des balcons. Le soleil et le vent font des ravages. Les rares pluies ne sont pas d’un grand secours. Elles glissent le plus souvent sur les feuillages et ne parviennent pas aux racines. Pour vous assurer de belles et longues floraisons, éliminez régulièrement les fleurs fanées. Cela évite la formation de graines et stimule l’apparition de nouveaux boutons. Enlevez également les feuilles flétries et les branches mal formées. Les plantes fleuriront davantage.

L’arrosage

L’arrosage est capital dans ce genre de jardinage. Les plantes ainsi cultivées dépendent exclusivement du jardinier pour leur approvisionnement en eau. Il est préférable que la terre des pots ou des jardinières ne se dessèche pas complètement. Les composts trop légers retiennent moins l’eau, les arrosages doivent alors être plus fréquents. Par temps très chaud et venteux, il peut être impératif d’arroser tous les jours. Agapanthes et dahlias sont de gros buveurs. Le développement de leurs boutons floraux en dépend. Ne pas asphyxier leurs racines pour autant. Les plantes souffrent tout autant d’un excès que d’un manque d’eau. Particulièrement lorsque les fonds des pots n’ont pas les trous de drainage appropriés.

En été, le jardinier part en vacances, au moment précis où les plantes demandent le plus d’attention. Plutôt que de compter sur votre voisinage et de prendre le risque que les choses tournent à l’aigre, arrosez à fond avant de partir et placez, si c’est possible, vos pensionnaires dans un endroit ombragé. Les récipients les plus petits qui s’assèchent le plus vite sont regroupés dans une grande bassine tapissée d’une matière textile (vieux tapis, serpillières) retenant l’humidité.

À tout vient une fin

Quand la floraison des plus belles plantes estivales se termine, la période qui s’ensuit voit moult jardiniers se désintéresser de la question. Pas tous. Si c’est assurément pour un grand nombre de végétaux le temps du repos, il n’en reste pas moins vrai que terrasses et balcons ne sont pas d’office condamnés au néant chlorophyllien. Même pour les périodes de l’année plus fraîches, il existe des plantes décoratives capables du plus bel effet. Il faut y songer dès la rentrée. Particulièrement si l’on souhaite y associer quelques bulbes. Ils résistent étonnamment bien au temps rigoureux. Beaucoup de bulbes précoces de petite taille comme, exemples parmi beaucoup d’autres, les Crocus tommasinianus ou les Tulipa turkestanica sont adaptés aux jardinières, bacs et pots.

Hivernage

Certaines de ces plantes peuvent hiverner à l’intérieur. Si vous avez une serre ou une véranda, laissez la plante dans son pot et gardez-la dans votre jardin d’hiver. Sinon, n’importe quel local frais, bien aéré et à l’abri du gel fera l’affaire. Température idéale entre 5° et 10° C. Durant cette période de repos, arrosez parcimonieusement. Après l’hiver, les plantes peuvent être rempotées avant la reprise de croissance. Après l’opération, ne les exposez pas tout de suite en plein soleil. Arrosez copieusement. Chez les plantes pour qui l’exercice de rempotage n’est pas impératif, remplacez la couche de terre superficielle par une nouvelle couche d’excellent compost.