Sylvie, sur son blog Zéro Carabistouille partage ses recherches, ses bons plans et ses réflexions en matière de "zéro déchet". Cette semaine, elle nous parle du challenge d'amener ses bocaux et autres contenants dans les commerces de bouche.


Un des grands défis du zéro déchet est de diminuer et (dans notre cas) supprimer le plastique de notre consommation. Aujourd’hui, il est de plus en plus difficile d’acheter un produit qui n’ait pas un emballage composé de plastique … Faites par exemple le test en vous rendant dans votre supermarché habituel, analyser les différents emballages autour de vous et vous verrez très vite que c’est un réel casse-tête !

Alors comment fait-on ?

Sur un certain nombre de produits sur-emballés, il est quand même possible d’éviter de ramener le plastique chez nous. Pour ce deuxième défi, je vous propose donc de prendre vos propres contenants : bocaux, pots, boites …quand vous allez faire vos courses.

On prend ses propres contenants avec soi et on va chez le boucher, le poissonnier, le traiteur (même celui du supermarché) et hop, vous prenez du jambon, du fromage, des plats préparés, des viandes et vous demandez de les mettre dans vos propres contenants.

La première fois, c’est un peu déstabilisant. On se sent assez mal mais très vite ça devient une habitude très facile à acquérir. Les commerçants sont très souvent ouverts et comprennent lorsque l’on parle de notre démarche zéro déchet. Et puis, en leur rappelant qu’eux aussi font des économies, ils en deviennent convaincus.

N’oubliez pas non plus de refuser le sac plastique que les commerçants ont l’habitude d’utiliser pour y attacher le ticket. Il suffit de prendre le ticket (et vos boites évidemment) et de le montrer à la caisse.

Mais je peux pas sans cesse me balader avec mes pots quand même ?!

Non, c’est vrai ! Le zéro déchet nécessite donc de s’organiser. On ne fait plus que ses courses une fois ou deux par semaine mais on les fait une bonne fois ! Et ainsi, on limite aussi nos achats compulsifs et inutiles, et c’est le portefeuille qui ne s’en porte pas plus mal !

Et si le commerçant refuse malgré mon explication ?

Moi, dans mon cas, je lui dis ... La suite sur le site zerocarabistouille.be