Si la gent féminine est plus encline à porter une petite laine, c'est dû à la climatisation réglée sur base du taux métabolique d'un homme de 40 ans. Explications.

En plein été, vous portez un léger pull et vous vous étonnez de voir votre collègue vêtu d'un simple t-shirt ? C'est normal, d'après une nouvelle étude néerlandaise, parue ce lundi dans la revue Nature Climate Change.

D'après les chercheurs de l'Université de Maastricht, la climatisation est réglée sur base du métabolisme d'un homme de 40 ans pesant environ 70 kg. Or, celui de la gent féminine fonctionne différemment. Comme les femmes ont généralement plus de graisse corporelle et sont plus petites que les hommes, leur taux métabolique est de 20 à 32% plus bas que celui du sexe opposé. Par conséquent, plus bas que celui utilisé pour régler la température de l'entreprise. C'est pour cette raison qu'elles ont plus vite froid que leurs collègues masculins.

Pour arriver à ce constat, Boris Kingma et Wouter van Marken Lichtenbelt ont analysé les données de 16 travailleuses, après avoir mesuré la température de leur peau notamment sur leurs mains, leur ventre et leur température interne.

"Les modèles de confort thermique doivent être ajustés au métabolisme de base actuel en incluant les valeurs pour les femmes" ont indiqué les deux auteurs. Ils vont même plus loin en conseillant aux entreprises de réduire l'air conditionné afin de gaspiller moins d'énergie, d'émettre moins de dioxyde de carbone et ainsi de réduire leur empreinte écologique.