La méthode nous vient tout droit du Japon et prône un retour à l'essentiel.

Des méthodes révolutionnaires japonaises, il en existe des tonnes. Elles migrent chez nous des années plus tard et sont considérées chacune comme LA solution à un problème que l'on connaît depuis longtemps et auquel on a souvent tenté d'apporter des solutions. Marie Kondo et sa méthode de rangement en est l'un des exemples, tout comme l'Ikigaï qui nous aide à trouver notre voie ou la méthode japonaise de multiplication grâce à des lignes. Ces nouveautés arrivées chez nous et asouvent affublées des termes "incroyables" sont pourtant vieilles comme le monde. Récemment, c'est leur méthode de gestion des dépenses qui nous a subjugués. Ils appellent cela la méthode Kakeibo et elle consiste principalement à un retour aux choses simples.

© Kelly Sikkema/Unsplash

L'importance du carnet

Oubliez les applications qui comptent pour vous ou dans lesquelles vous n'avez besoin que de quelques secondes pour enregistrer une dépense. La méthode Kakeibo (que l'on pourrait traduire grossièrement par "le grand livre financier des ménages") revient aux basiques : un cahier et un bic. La méthode met en effet un point d'honneur à écrire les choses. Toutes les entrées et les sorties d'argent doivent être prises en compte. Le but est de noter chaque jour chaque dépense effectuée et les sous gagnés afin de véritablement prendre conscience de l'argent dépensé. En l'écrivant, on s'ancre dans le réel pour reconnaître plus efficacement nos mauvaises habitudes. Le but de l'opération : être organisé et disposer d'une vision claire.

Chaque page reprend la situation de votre compte au début du mois et vos charges fixes. Ensuite, jour par jour vous devrez noter l'argent dépensé (ou reçu) en fonction de plusieurs catégories comme les dépenses quotidiennes (nourriture, transports), les loisirs, les imprévus, le facultatif, l'épargne. Créez vous-mêmes vos catégories en fonction des points à ajouter à votre budget. La méthode permet de vous organiser mieux, mais elle représente aussi une véritable philosophie de vie qui laisse peu de place à l'impulsivité et davantage au contrôle.

© Capture d'écran Instagram/@life_aleksey.y

Le cash plutôt que la carte

Le Kakeibo encourage à effectuer ses dépenses en liquide, pour avoir une vision plus tangible de ce qui sort de notre portefeuille, ce qui n'est pas le cas lorsqu'on paye par carte. Et surtout, il force à se poser une série de questions avant chaque achat. "Puis-je vivre sans ?", "Puis-je me le permettre ?", "Vais-je vraiment l'utiliser ?", "Qu'est-ce que je ressens à l'idée de l'acheter ?" et "Dans quel état émotionnel suis-je ?" sont autant de questions qui nous permettront de déterminer le degré de nécessité de chaque achat. Le but n'étant pas de culpabiliser mais de se rendre compte de nos dépenses.

Comment ne pas céder à l'impulsivité ?

Si vous voulez vraiment voir l'impact de votre réflexion sur vos dépenses effectives, vous pouvez suivre plusieurs pistes :

  • Laisser "reposer" la décision une journée. Pour ne pas acheter sur un coup de tête, le mieux est de laisser mûrir le choix et de dormir dessus. Si le lendemain ou le jour d'après vous avez toujours autant envie de l'objet ou qu'il vous paraît toujours aussi nécessaire, alors vous l'achèterez sans risquer de le regretter.
  • Éviter les ventes éclairs et les réductions astronomiques. Il se pourrait bien que ce soit du baratin. Et s'il n'y a que le prix qui vous attire, c'est peut-être que vous n'en avez finalement pas tant besoin.
  • Avoir un œil sur son compte en banque. C'est inévitable si vous voulez savoir vraiment ce qui en sort.