Canet-en-Roussillon fait partie de ces nombreuses stations de la Méditerranée qui se sont développées dans les années 60 suite à la mission Racine, mise sur pied par le général de Gaulle qui souhaitait retenir au pays les milliers de touristes français allant chaque été passer leurs vacances en Espagne.

Canet n’a pourtant rien d’une cité artificielle. C’est la deuxième ville la plus peuplée du département des Pyrénees Orientales, derrière Perpignan. Son histoire remonte au Moyen-Âge, dont témoignent encore des vestiges comme le vénérable château ou l’église Saint-Jacques nichés dans la vieille ville, distante de la mer de quelques kilomètres.

Ici, c’est l’extrême sud de la France. Nous sommes dans le Roussillon mais beaucoup d’habitants préfèrent se définir comme des Catalans du Nord. Certains ne verraient d’ailleurs pas d’un mauvais œil une union avec leurs frères d’outre-Pyrénées mais c’est une autre histoire.

Perpignan est relié avec Charleroi par des vols Ryanair qui font régulièrement le plein. De l’aéroport, des navettes conduisent à la ville d’où part une ligne d’autobus en direction de Canet.

Ici, tout prédestine à des vacances lumineuses. On y compte, paraît-il, 320 jours de soleil par an. Les plages sont immenses, bordées par une digue qui longe les commerces et restaurants. Le sable fin est parsemé d’une vingtaine de clubs de plage qui donnent un accès direct à la Grande bleue.

Tout invite décidément au farniente, à l’image de la Côte d’Azur distante de quelques centaines de kilomètres, sauf que les prix sont beaucoup plus démocratiques. La gamme de logements va du camping à l’hôtel chic des Flamants roses, dont l’espace thalasso offre ses bains bouillonnants, ses salles de massage, ses modelages du monde et sa piscine d’eau de mer face à la Méditerranée.

Canet est une ville sportive réputée sur le plan international à travers la piscine olympique où sont venues s’entraîner Laure Manaudou et Camille Lacourt.

À un niveau plus modeste, le sport est présent sur les plages aussi. Du beach yoga au beach fitness en passant par le beach zumba ou le beach rando, on voit les adeptes sculpter leur corps les pieds dans le sable.

Les environs de la ville sont un paradis pour les amateurs de nature ou de randonnée à vélo. Un vélo que l’on peut utiliser pour découvrir le patrimoine architectural de la ville, dont certains lotissements, Les Lamparos et les Palangres, sont inspirés des villages grecs de l’enfance de l’architecte Georges Candilis. Un autre grand artiste, Victor Vasarely, a laissé son empreinte sur la promenade qui longe la mer. Le père fondateur de l’art cinétique s’est laissé inspirer par les lieux pour imaginer des polygones, des sols aux taches noires et blanches.

Un lieu pour se régaler

Le Roussillon, c’est aussi une affaire de gastronomie. Le marché quotidien de Canet est l’illustration des richesses d’une terre généreuse et gourmande. Abricots, cerises, asperges, artichauts, veau des Pyrénées, fromages de chèvre, olives, recouvrent les étals.

Pour se restaurer, mieux vaut éviter les pièges à touristes. En revanche, il y a quelques adresses un peu à l’écart qui méritent le détour. C’est le cas du Vigitane, au cœur du vieux village, où l’on déguste des plats de pays, des recettes à l’ancienne. Au menu, de la charcuterie, mais aussi des grillades telles que des roustes ou encore du boudin noir et de la saucisse. À découvrir aussi la fameuse cargolade, ces escargots cuits à la braise ou encore la morue gratinée à l’aïoli, le tout dans un décor haut en couleur reprenant les symboles du folklore catalan comme le train jaune ou les espadrilles.

Au Bouchon Catalan, la cuisine du terroir met à l’honneur l’anchoïade de Collioure, des calamars persillés ou les moules gratinées… à l’aïoli bien sûr.

Mentionnons encore le Petit chez soi avec sa vaste terrasse ombragée, très agréable par temps de forte chaleur ou La Cala, un club de plage à l’inspiration asiatique tandis que le Kiora nous fera voyager en Polynésie.

Difficile de venir dans le Roussillon sans goûter au vin à moins de ne pas aimer ça ! Le vignoble de Canet peut être décrit comme un océan de vignes à deux pas de la mer. Sur des terres balayées par le vent, gorgées de soleil et nourries par les eaux du fleuve Têt, les vignes plongent leurs racines dans les galets. En rouge, blanc ou rosé, vins de plaisir ou vins de prestige, légères ou plus concentrées, les cuvées produites sur les terres canétoises portent la marque de leur terroir. Entre autres vignerons, Marc Benassis, propriétaire du Château des Hospices, présente sa production en plein cœur du vieux village, dans un bâtiment datant de 1863 à l’architecture typique du pays catalan.

Un petit tour enfin dans le vaste port moderne. L’espace de loisirs nautiques propose de nombreuses activités nautiques : baptême et location de jet-ski ou de paddle, location de bateau sans permis, de la bouée tractée, du parachute ascensionnel, de la pêche en mer. C’est ici qu’est amarré le Navivoile, le plus grand catamaran français. Cet élégant navire propose différentes excursions le long de la côte Vermeille. Le soir, au coucher du soleil il peut aussi vous emmener au large de Canet, le temps d’un sympathique apéro tapas.