"Il devrait avoir honte": Victime de violences conjugales, l'actrice Judith Chemla publie des photos choquantes de son visage tuméfié

La comédienne demande à son ex-compagnon, le réalisateur Yohann Manca, de la laisser tranquille.

"Il devrait avoir honte": Victime de violences conjugales, l'actrice Judith Chemla publie des photos choquantes de son visage tuméfié
©Abacapress

L'année dernière, Judith Chemla était attendue au Festival de Cannes pour présenter Mes frères et moi, film réalisé par son mari Yohan Manca, dans lequel elle incarne Sarah, une chanteuse lyrique. La comédienne n'a toutefois pas pu se rendre sur la Croisette. La raison de son absence ? Une violente dispute conjugale lors de laquelle son époux lui aurait jeté un téléphone au visage, expliquait Variety. Judith Chemla avait porté plainte contre le réalisateur à l'époque.

Un an après les faits, la comédienne revient sur les violences dont elle a été victime dans un long message poignant posté sur les réseaux sociaux. Elle y accompagne des photos choquantes de son visage tuméfié. "Il y a un an mon visage a été blessé, du bleu, du violet sous mon œil, je me suis vue déformée. Il y a un an j'ai regardé mon visage dans la glace et j'ai su que je ne pourrai plus me voiler la face. Le père de ma fille. Ceux qui sont capables de faire ça il faut qu'ils soient hors d'état de nuire", écrit-elle avant d'ajouter que Yohann Manca continue de lui mener la vie dure." Je n'ai pas honte de cette photo. Mais lui devrait avoir honte, il devrait avoir honte aujourd'hui, un an après, au lieu de continuer à faire pression sur moi, de penser qu'il a encore les moyens de me manipuler, au lieu de pourrir la tête de mon enfant il devrait avoir honte et se faire discret, rechercher vraiment à être pardonné. Ce n'est pas le cas. J'ai tant de preuves qu'il continue d'essayer de me nuire. Retourner au commissariat une 3e fois ? Déposer une 3e plainte en 1 an ? Être dans le milieu du cinéma, et avoir l'épée de Damoclès de 8 mois de prison avec sursis… ça ne suffit pas ? Je suis à bout. Que faut il pour qu'il me laisse tranquille ? Aller vraiment en prison ? Il jouera encore à la victime auprès de ma fille et elle souffrira de ne pas voir son père. Que je garde ça pour moi ? Il se sentira encore au-dessus des lois continuera de se plaindre et de contester les décisions de justice auprès de sa fille de 5 ans qu'il voit pourtant comme un père normal qu'il n'est pourtant pas. Il continuera de croire qu'il est en mesure de faire pression sur moi et de me harceler moralement. Je n'en peux plus. J'exige d'avoir la paix. C'est plus clair comme ça ?"

Une message glaçant auquel ont réagi plusieurs personnalités. Parmi elles, Camille Kouchner, Géraldine Nakach ("Je t'aime ma poupée. Ma courageuse"), Manu Payet ("Avec toi Judith.") ou encore Nicolas Maury ("Avec Toi de tout mon cœur Judith. Tu n'es pas seule.")

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be