Le chroniqueur de TPMP Gilles Verdez menacé de mort: "On profanera ton cadavre"

Après une violente altercation entre Francky Vincent et Gilles Verdez sur le plateau de Touche pas à mon poste, ce dernier ne s’en est toujours pas remis et explique recevoir des menaces de mort depuis lors.

Le chroniqueur de TPMP Gilles Verdez menacé de mort: "On profanera ton cadavre"
©Cyrille George Jerusalmi/D8

Le 6 décembre dernier, Francky Vincent, l’interprète du très célèbre "Fruit de la passion" était invité sur le plateau de Cyril Hanouna pour parler de sa nomination au titre de chevalier des Arts et des Lettres. Cette nomination fait débat car quelques personnes estiment qu’elle n’est pas méritée au vu de son répertoire souvent très grossier.

LIRE AUSSI - Véronique Genest dérape et tacle sévèrement TF1 dans TPMP People: "Il y avait encore des gens intelligents"

Gilles Verdez, chroniqueur emblématique de l’émission et connu pour ses sorties qui ne laissent personne de marbre, a souligné la proximité qu’a Francky Vincent avec le très controversé humoriste Dieudonné. Il a même été jusqu’à accuser le chanteur d’antisémite car il ne voulait pas condamner les nombreuses sorties médiatiques de l’humoriste. S’en est suivi un "clash" sous les yeux de tout le plateau ce soir-là.

Des menaces de mort pour le chroniqueur

Au lendemain de ce différend entre les deux hommes, Gilles Verdez dit toujours assumer ses propos sans regrets et estime qu’il est le centre d’une campagne violente à son égard. En effet, une capture d’écran qui est sortie de son contexte circule sur Twitter montre le journaliste effectuer une "quenelle", ce salut antisémite que Dieudonné avait pour habitude de faire. Cette capture d’écran fait tout bonnement référence à une séquence qui vient tout droit de la feu chronique "Il en pense quoi ton frère?", où l’on voit Gilles Verdez expliquer "On leur donne ça, ils nous prennent ça". Une justification qui prouve que ce geste est à mille lieues du célèbre geste de Dieudonné.

L’affaire ne s’arrête pas là, puisque le compagnon de Fatou explique recevoir des menaces de mort depuis : "J’ai eu des trucs comme : 'On profanera ton cadavre', 'J’espère que tes proches subiront les conséquences de ce que tu dis', 'On va te retrouver', 'Ne viens pas aux Antilles, sinon t’es mort'. Je vous en donne quelques-uns qui sont odieux, mais encore acceptables. Ça a été d’une extrême violence. Ça pose des questions sur l’état de notre pays. C’est vrai que ça m’a beaucoup perturbé. J’ai eu beaucoup de soutien, mais aussi des gens qui font des concessions à l’antisémitisme et ce n’est pas acceptable! Il faut le rappeler: on ne peut pas accepter ça", confie-t-il.

Le plateau de TPMP n’est décidément pas un long fleuve tranquille…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be