”En France, on peut menacer les gens parce que la justice ne fait rien” : Hoshi revient sur les violences qu’elle a subies et sa “peur permanente”

Hoshi est revenue jeudi sur le harcèlement dont elle est victime depuis des années.

La chanteuse Hoshi
Hoshi revient sur les violences qu'elle a subies et sa "peur permanente" ©D.R.

En 2020, durant les Victoires de la Musique, la chanteuse française Hoshi à l’époque en lice dans la catégorie “révélation scène” s’était produite devant le public et avait prôné “l’amour sincère”.

Elle avait conclu sa prestation par un baiser avec sa partenaire, une de ses danseuses, ce qui avait déjà déclenché une vague de commentaires homophobes. De nombreux tweets incendiaires et menaçants avaient vu le jour, ainsi que des messages tenant des propos tels que “la guerre est déclarée” ou “on s’apprête à suicider Hoshi”.

Jeudi soir, elle est revenue sur cette situation qui l’avait énormément abîmée et dont elle souffre encore des séquelles. “J’ai vécu un enfer psychologique et physique”, écrit-elle sur Twitter. “J’ai eu peur à chaque fois que je suis montée sur scène, peur de me faire agresser, je ne suis jamais ressortie seule dans la rue depuis, j’ai perdu 10 kilos, j’ai stressé en permanence.

Toujours profondément marquée, elle déclare que “depuis ça je n’ai jamais pu dormir paisiblement car j’ai toujours eu peur qu’ils trouvent mon adresse. J’ai même déménagé car je vivais dans un endroit où ils auraient pu rentrer.”

Une justice inerte

Hoshi a cependant tenté, en vain, de poursuivre ces gens qui lui témoignaient une haine et une agressivité non dissimulées. “En France, on peut menacer les gens, tenir des propos homophobes et sortir librement dans la rue parce que la justice ne fait rien”, déplore-t-elle.

Revenant sur les procédures judiciaires qu’elle a lancées, Hoshi affiche une déception énorme face à l’Etat : “Je viens de raccrocher avec mon avocate qui s’est battue à mes côtés de toutes ses forces et elle vient de m’annoncer que sur les milliers de messages reçus, et que sur toutes les personnes retrouvées, une seule personne sera potentiellement convoquée à “un procès” au mois de juin.

Face à cette inaction, la chanteuse exprime son chagrin et son désespoir : “Moi qui aime tant mon pays, je viens de perdre foi en sa justice. J’ai un message pour l’Etat : sauvez-nous tant qu’il est encore temps, n’attendez pas que ça finisse mal avant de vous intéresser aux dossiers.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be