Il devrait toucher le jackpot avec les deux prochains James Bond


LONDRES Pour la prochaine négociation salariale avec votre boss (forcément bien-aimé dans ce cas-là), on ne saurait trop vous recommander de recruter Daniel Craig. D’abord, avoir James Bond à ses côtés, cela en jette toujours. Mais surtout, le nouveau 007 tout en muscles (ça aussi, ça peut impressionner) possède un redoutable sens des affaires.

Pour son premier opus dans le smoking de l’agent secret, Casino Royale , il s’était contenté de 3,2 millions de dollars (en gros, une victoire au Lotto pour le commun des mortels). Somme plus que doublée pour reprendre le rôle dans Quantum of Solace  : 7,2 millions de dollars. Et à nouveau plus que doublée pour Skyfall  : 17 millions de dollars.

Crise oblige, maintenir ce cap aurait tenu du miracle économique à même de faire de lui très rapidement l’acteur le mieux payé devant les… 60 millions de dollars qui auraient été déposés sur la table de Johnny Depp pour qu’il consente à reprendre le maquillage et le chapeau de Jack Sparrow. Mais Daniel Craig a toutefois réussi à négocier une augmentation très largement supérieure à la hausse du coût de la vie, même sans saut d’index. Pour les deux prochaines aventures de l’espion, il devrait toucher d’abord 20 puis 25 millions de dollars. Des cachets auxquels seuls Brad Pitt et Johnny Depp peuvent encore prétendre à l’heure actuelle.

Finaud, il aurait tenté d’obtenir un pourcentage sur les recettes du film (Skyfall est devenu l’opus le plus rentable de la saga avec déjà 699 millions de dollars au box-office) mais la famille Broccoli s’y est catégoriquement opposée. Cela dit, dans votre société, négocier aujourd’hui un pourcentage sur les bénéfices s’avère rarement être une bonne affaire. Et multiplier son salaire par 8 en moins de dix ans (si le rythme de croisière d’un film tous les deux ans est à nouveau respecté), cela fait rêver, non ?



© La Dernière Heure 2012