Mardi 19 mai à Cannes, c'était la première du film "Sicario", la soirée organisée par la joaillerie De Grisogono de Fawaz Gruosi, le temps des rumeurs et un certain match entre le blanc, le noir et les couleurs, l'attitude des mannequins et la raideur des actrices. Quelle journée!


Si on devait faire le bilan de la journée cannoise d'hier, on dirait qu'elle a été un peu brouillonne. Cela partait dans tous les sens et surtout dans des sens que l'on n'a pas vraiment l'habitude de voir durant ce festival du cinéma et de la représentation... La rumeur, la rumeur était partout ! Et pas celle qui fait bruisser les couloirs de "Et tu savais que Machin est avec Truc ?" mais plutôt des rumeurs bizarres : "Et tu savais que l'on ne peut pas monter les marches du Palais si on a des souliers plats?"

Et l'autre, encore plus dénuée de sens : "Il paraît que... la copine du président de la République a été refoulée à une soirée parce qu'on ne l'a pas reconnue". Julie Gayet serait repartie avec le sourire, conclut-on. Certainement manger une bonne soupe revigorante dans son hôtel plutôt que de boire du champagne en éludant les questions sur son couple...


Franchement, plutôt que de prêter l'oreille à ce genre de sujets, on préfère jeter un oeil sur les robes qui gravissent le tapis rouge. Hier, mardi 19 mai, c'était la première de "Sicario" de Denis Villeneuve. Un film qui a fait accourir les stars et qui a reçu une ovation de 6 minutes après sa projection en soirée dans le Grand Théâtre Lumière. Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin et le réalisateur en sont encore tout retournés !


Et l'on peut dire qu'il y avait des matchs, des tendances affirmées, des surprises et quelques fautes de goût! 

D'abord, le duel entre les robes de soirée blanches ou crème et les fourreaux noirs. Et là, perso, on trouve que le noir s'en sort vainqueur et s'il ne fallait qu'un exemple, ce serait la sublimissime Cate Blanchett.

Ensuite, le combat entre les top models, déliées et à l'aise, habituées des positions de parade et les actrices et autres starlettes, dont certaines passent un peu un examen non pas de passage mais de montée : Entre Doutzen Kroes (en noir et blanc pour gagner sur tous les plans) et Nicole Kempel qui était au bras de Antonio Banderas, il n'y a pas photo...

Enfin, on avait les robes emplumées et les robes lianes. Comme quoi, entre oiseaux  et instruments de transport de Tarzan, Cannes est bien une jungle dangereuse... La preuve en photos dans cette galerie !