La famille royale britannique est en crise et Elizabeth II a ouvertement appelé à l'apaisement. Mais dans les coulisses de Buckingham Palace, on s'affaire. C'est qu'on ne badine pas impunément avec la réputation d'une monarchie millénaire. Si Meghan Markle assure qu'elle a subi du racisme en son sein, le personnel de Kensington lui reproche un comportement de despote qui a débouché sur une plainte pour harcèlement révélée par le Times dans un article édifiant publié en marge de l'interview du 7 mars. Le Palais, lui, vient tout juste d'enrôler un cabinet d'avocats externe pour creuser l'affaire, rapporte Le Point .

"Notre engagement à examiner les circonstances entourant les allégations d'anciens membres du personnel du duc et de la duchesse de Sussex se concrétise, mais nous ne ferons pas de commentaire public à ce sujet", a fait savoir un porte-parole de Buckingham Palace au média américain CNN. Intimidations et humiliation, tels sont les faits qui sont reprochés à l'ancienne actrice de 39 ans, pointée du doigt par trois membres du staff. Les avocats des Sussex ont d'ores et déjà déclaré au Times que le journal était "utilisé par Buckingham Palace pour colporter un récit totalement faux" sur eux.