"Le parquet n'a eu communication que de deux auditions de femmes décrivant, sans déposer plainte, de tels faits pouvant être qualifiés de viols dans les années 1990 et début des années 2000", a indiqué mardi le parquet de Nanterre, contacté par l'AFP.

"Celles-ci font actuellement l'objet d'un examen attentif, afin de confirmer ou non si ces faits sont prescrits", a précisé le parquet.

Selon une source proche du dossier, "de multiples auditions sont en cours" et "sur l'ensemble des témoignages reçus à ce stade, il n'y a pas eu de plainte supplémentaire".

Lundi, le journal Le Monde a recueilli une dizaine de témoignages faisant état d'"abus de position dominante" de la part de Patrick Poivre d'Arvor au fil des années.

Selon le journal, "la quasi-totalité des témoignages semblent prescrits".

Patrick Poivre d'Arvor "maintient l'ensemble de ses déclarations et s'insurge contre les allégations ignobles qui sont portées contre lui", a indiqué à l'AFP son avocat, Philippe Naepels, précisant que l'ex-présentateur ne souhaitait pas réagir à ces nouvelles révélations.

Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête le mois dernier après un dépôt de plainte de l'écrivaine Florence Porcel, qui reproche au journaliste et romancier, aujourd'hui âgé de 73 ans, de lui avoir imposé un rapport sexuel non consenti en 2004 et une fellation en 2009.