Le prince de Galles a toujours eu un faible pour l’agneau, de préférence bio et braisé.

Rétabli du coronavirus, le prince de Galles (71 ans) a pu fêter avec son épouse la duchesse de Cornouailles ce jeudi leurs 15 ans de mariage au château de Birkhall en Écosse où ils vivent en cette période de confinement. Pas de grande fête donc ni de grand menu, sachant que le personnel du château a été fortement réduit.

Si l’on ignore ce que Charles et Camilla ont dégusté en guise d’anniversaire, l’ancien chef royal Darren Mc Grady aujourd’hui installé aux États-Unis, a levé le voile sur les préférences culinaires de l’héritier du trône.

Darren Mc Grady a travaillé pendant 15 ans au service de la Cour royale d’Angleterre. En 1992, au moment de la séparation du prince Charles et de la princesse Diana, il fait le choix de rester auprès de cette dernière au Palais de Kensington.

À sa mort en 1997, le prince de Galles lui propose de le rejoindre à Clarence House mais le chef décline. Il commence alors une carrière bien plus lucrative aux États-Unis, participant à des émissions télévisées, publiant des livres de recettes, ou se mettant à disposition de restaurants pour concocter des plats qu’il servait à l’époque à la Cour.

À l’époque où le chef était au service de Charles et Diana, la viande n’avait pas la cote. En revanche, le prince de Galles a toujours eu un faible pour l’agneau de préférence bio et ensuite braisé. Le prince a développé toute une gamme de produits alimentaires bio issus de son domaine de High-grove.

Mais le véritable péché mignon du prince, ce sont les champignons et en particulier les champignons sauvages et les cèpes. Sur le vaste domaine de Balmoral en Écosse, il aimait partir à leur cueillette.

Le Chef Mc Grady les déclinait ensuite en accompagnement de plats ou en risotto.

Enfin, à l’heure du tea time, le prince de Galles optait souvent pour un œuf à la coque. Des casseroles d’eau chaude devant toujours être prêtes au cas où…