L'acteur et sa compagne mettent un terme à quinze ans de vie commune

PARIS Pas de commentaire. Alain Delon ne fera aucun commentaire sur sa rupture. S'il a reconnu dans une interview qu'il se séparait effectivement de sa compagne, Rosalie van Breemen, il n'en dira pas plus sur les causes qui l'ont poussé à prendre cette décision. `Cette séparation intervient pour des raisons qui doivent demeurer confidentielles dans le seul intérêt de leurs deux enfants Anouchka et Alain-Fabien Delon, âgés respectivement de 12 et 8 ans´, dit-on dans l'entourage de l'acteur, qui fêtera son 67e anniversaire le 8 novembre prochain.

C'est en 1987 qu'Alain Delon rencontre la jeune Rosalie van Breemen, top model hollandais. Elle l'accompagne lorsqu'il se produit dans les grandes émissions de télévision, où il interprète sa chanson. Car, cette année-là, l'acteur fait le chanteur avec... Comme au cinéma. Rosalie est l'une des trois choristes de la star. Sa jeunesse et sa fougue ont tôt fait de séduire celui qui affirme `L'amour? Je n'ai jamais pu résister à une passion, même néfaste. Une femme peut me faire ce qu'elle veut. C'est l'unique moment où je dépose les armes.´

Après quinze ans de vie commune avec Mireille Darc et un roman d'amour vite refermé avec Catherine Bleynie, Delon vit une nouvelle histoire qu'il veut discrète, lui qui sait à quel point le feu des projecteurs peut faire mal. Il installe Rosalie dans sa propriété de Douchy, près d'Orléans. Il l'y retrouve dès qu'il peut. En 1990, le couple accueille son premier enfant, une petite Anouchka, à laquelle ils donnent un petit frère, en 1994: Alain-Fabien. En hommage à son père, qu'il n'a pas connu. Après l'échec de Dancing machine, cruellement critiqué, l'acteur tourne moins et se consacre à sa famille. Il libère de plus en plus de son temps pour sa collection de peintures et de sculptures. Par coups de coeur et par intuition, il réunit diverses oeuvres. Et il le dit et redit dans les magazines: `La plus belle chose pour moi, c'est d'être avec ma famille, avec Rosalie, avec mes deux enfants, mes chiens...´

Car il revient de loin, le Samouraï. Avant la naissance de ses enfants, il l'avoue, il a pensé au suicide. `On a droit sur sa vie comme sur sa mort, confiait-il, voici deux ans. Quand on a bien compris comment fonctionne le monde, l'homme et ce qui l'entoure, quand on a compris qu'on n'a plus rien à apporter ou à donner, quand on est seul, on y pense nécessairement. Aujourd'hui, c'est exclu à cause de mes enfants. Mais ce n'est pas exclu sur un plan physique ou médical. (...) Le suicide, ça ferait rigoler cinq cons et pleurer mes enfants. Impossible. ´ Cette année-là, lorsque le journaliste lui demandait s'il comptait épouser Rosalie, Delon répondait: ´Ne me demandez pas ça... Ce n'est pas impossible, mais je ne veux pas que Rosalie l'apprenne en lisant Paris Match ´...

© La Dernière Heure 2002