Gérard Depardieu fait une fois de plus parler de lui pour ses frasques. Vendredi, alors qu’il circulait en scooter à Paris, il a été arrêté pour avoir commis une infraction. Pas de chance pour lui, les policiers ont également constaté qu’il conduisait en état d’ébriété. Il avait plus de 0,2 gramme d’alcool par litre de sang, a précisé Le Point qui a révélé l’information. L’acteur a reconnu avoir bu deux bières avant d’enfourcher sa machine. Mais les témoignages des agents qui l’ont interpellé semblent indiquer qu’il était plus imbibé que cela. Il aurait crié qu’il ne voulait plus être Français et affirmé préférer Vladimir Poutine. Rappelons que depuis 2013, Moscou lui a accordé la nationalité russe et qu’il passe le plus clair de son temps dans le pays.

L'agent provocateur 

Ce n’est pas la première fois que l’interprète de Cyrano de Bergerac et d’Obélix fait parler lui de cette manière. Il collectionne les frasques en tous genres. Tout le monde se souvient de l’esclandre qu’il a provoqué dans un vol Paris-Dublin en 2011. Au lieu de se rendre dans les toilettes de l’appareil, il s’était soulagé dans une bouteille, en pleine cabine. L’affaire avait évidemment fait le tour du monde.

L’année suivante, c’est à scooter qu’il a eu une altercation avec un automobiliste. Le tout s’est soldé par un échange de coups… Et en 2005, c’est un coup de boule qu’il avait asséné à un paparazzi italien qui le traquait à Florence.

Dans un autre genre, moins violent mais tout aussi provocateur, il s’est maintes fois fait remarquer à la télévision. Que ce soit à la BBC en 2005 lorsqu’après avoir allumé une cigarette, il en avait écrasé le mégot sur le tapis. Ou en 2010, lorsqu’invité du Grand Journal il avait traité Martine Aubry “d’haleine de bière”.

En Corée du Nord

Quelques années plus tôt, en 2004, c’est sa fille Julie qui ne semblait ne plus trop savoir où se mettre lorsqu’elle a reçu le César du meilleur second rôle pour La petite Lili. Manifestement très éméché, son père était monté sur scène et avait donné de lui un spectacle pour le moins peu reluisant.

Au rayon des provocations, rappelons aussi que Gérard Depardieu a accepté quelques invitations pour le moins sulfureuses. En 2012, il a assisté à la soirée d’anniversaire du dictateur tchétchène Ramzan Kadirov, Sans oublier sa participation aux 70 ans de la Corée du Nord dont, depuis, il n’a cessé de vanter les bienfaits du régime.