People À la veille de son premier concert à Forest National et après avoir inauguré le festival de Cannes, voilà qu’Angèle brille aux États-Unis. 
Le prestigieux quotidien américain New York Times a dressé la liste des quinze chanteurs européens à suivre absolument. L’interprète du tube “Tout Oublier” y figure comme la seule Belge.

Le journal n’y va pas de main morte et la considère comme “peut-être la plus grande star de la pop francophone”. La Belge de 23 ans avoue avoir du mal à y croire. “Tout est arrivé tellement vite. Il y a deux ans je jouais dans un petit bar à Bruxelles tous les jeudis […]. Et maintenant ça” , s’exclame celle qui enchaîne les zéniths. Le New York Times conseille Angèle pour les fans de Lana Del Rey, une comparaison quelque peu étonnante.

La sœur de Roméo Elvis est également épinglée comme une icône féministe, notamment pour sa chanson “Balance ton quoi”. “Je n’ai pas du tout pensé au message politique. C’était seulement des constats. Comme le fait de ne pas pouvoir marcher dans la rue sans avoir peur et, en tant que femme, d’être prise moins au sérieux qu’un mec” , assure pourtant la Bruxelloise.

S’il s’agit d’une opportunié exceptionnelle pour accéder au marché américain, difficilement pénétrable pour les Européens, l’affaire n’est pas pour autant dans le sac. Bien qu’il ait su remplir le Madison Square Garden et emflammer Coachella, la conquête des États-Unis par Stromae a vite coupé court.

Pour la France

, c’est Aya Nakamura qui figure dans le classement. Après avoir fait danser Rihanna, l’artiste féminine la plus écoutée l’année dernière chez nos voisins continue sa traversée outre-atlantique.

“Les femmes de l’industrie musicale française sont obligées de ne pas faire de vagues. Une femme noire faisant cela, c’est nouveau et

ça en choque beaucoup.”Pour le journaliste américain, le titre “Djadja” est un

“hymne de la prise de pouvoir féministe. Ses paroles sont aperçues sur des pancartes lors de manifestations dénonçant le sexisme et la violence e

n

vers les femmes

”.

© Instagram via Paris Match Belgique