Dernière péripétie dans la Guerre froide qui oppose Brad Pitt à Angelina Jolie. De sources proches de l'ancien couple mythique, l'actrice de "Maléfique" aurait eu du mal à encaisser le fait que son ex amène le mannequin Nicole Poturalski au château de Miraval au mois d'août. C'est que l'acteur avait choisi la date de leur anniversaire de mariage pour faire visiter le Var à sa nouvelle  girlfriend. Conséquences ? Les tensions "se sont intensifiées" entre eux et le mannequin de 27 ans a même fait allusion à la polémique sur Instagram. Aujourd'hui, on apprend qu'Angelia Jolie a eu l'argument tout trouvé pour faire payer à Brad Pitt son manque de tact : une quarantaine forcée de deux semaines.

"Angelina a insisté pour que Brad reste confiné quatorze jours à son retour de France, avançant une augmentation des cas de COVID-19 sur le territoire. Elle ne voulait pas prendre le risque que les enfants l'attrapent", lit-on dans Us Weekly. On le sait, la garde de Maddox, Pax, Zahara, Shiloh et les jumeaux Knox et Vivienne est le nerf de la guerre  judiciaire qui les déchire, et cette nouvelle aurait fait du mal à Brad Pitt qui a remué ciel et terre pour changer la donne. L'acteur de Once Upon a Time... in Hollywood a même tenté de se faire tester à plusieurs reprises pour lui faire changer d'avis... en vain. Angelina Jolie "ne voulait rien entendre" et Brad Pitt a donc dû ronger son frein.