People

A chaque jour de la visite d'Etat au Grand-Duché de Luxembourg, sa petite anecdote: après le moteur récalcitrant de la voiture dans laquelle avait pris place le couple royal mardi, c'est le symposium sur l'espace auquel il assistait ce mercredi après-midi qui a été brièvement évacué à la suite d'une alerte incendie. 

Lorsque l'alarme s'est déclenchée, suivie de la mise en route d'une importante soufflerie, c'est Elio Di Rupo, le ministre-président wallon, qui était au micro.

Un bon quart d'heure plus tard, après que chacun eut réintégré l'auditoire de l'Abbaye de Neumünster, au coeur de la ville de Luxembourg, M. Di Rupo a repris son exposé, signalant, non sans humour, qu'il n'était "pas venu avec l'intention de mettre le feu à la salle".

Cette péripétie passée, le symposium sur l'espace, organisé par l'AWEX et le pôle de compétitivité wallon Skywin, a surtout été l'occasion de mettre en lumière les investissements consentis par les 2 pays dans le domaine spatial, un secteur dont le chiffre d'affaires va bondir dans les années à venir - de 350 à 1.100 milliards de dollars en 2040, selon les prévisions du bureau Morgan stanley, citées par Pascale Delcomminette, l'administratrice déléguée de l'AWEX. "Les investissements de la Belgique et du Luxembourg répondent à ces enjeux", a-t-elle ajouté en conclusion du séminaire.

"La Belgique et le Luxembourg sont les 2 pays qui investissent le plus, par tête d'habitant, dans le domaine spatial", avait auparavant souligné Elio Di Rupo.

En Wallonie, le secteur aérospatial représente, d'après les chiffres de Skywin, quelque 7.500 emplois et 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires (1.350 millions pour l'aéronautique et 250 millions pour le spatial), dont 90% à l'exportation.