On n’en a pas encore fini de disserter sur l’interview accordée par le duc et la duchesse de Sussex à Oprah Winfrey dimanche dernier sur la chaîne américaine CBS. Il y a toutefois à boire et à manger dans les affirmations et allégations de Meghan Markle.

Ainsi, la duchesse de Sussex explique qu’au cours de sa grossesse, elle a compris que le bébé ne porterait pas de titre, le tout sur toile de fond de racisme qui aurait sévi dans l’entourage royal selon les dires de l’épouse du prince Harry.

Bien que sixième dans l’ordre de succession au trône, les enfants du prince Harry issus de son union avec Meghan - il en aurait été pareil avec une autre épouse - ne sont pas princes. Il n’y a pas de discrimination à l’égard d’Archie lui-même, c’est tout simplement une disposition de lettres patentes du roi George V datant de 1917 !

Seuls portent le titre de prince ou princesse, les enfants du souverain, les petits-enfants du souverain et la descendance de l’aîné du prince de Galles (donc les enfants du prince William).

En l’occurrence, le prince Harry est prince car il est le petit-fils de la souveraine mais son fils n’est que l’arrière-petit-fils de la souveraine. La donne changera le jour où le prince Charles deviendra roi. Il pourra alors accorder un titre de prince à Archie mais la volonté du prince de Galles, avant le Megxit, était de resserrer au maximum la famille royale, différente de la famille du roi.

Il n’a donc jamais été envisageable que le petit Archie, comme sa sœur qui naîtra cet été, soit prince/princesse. Parmi les petits-enfants de la reine, tous n’ont pas de titre princier. Il n’y a que William et Harry, Beatrice et Eugenie d’York qui en disposent. Peter et Zara, les enfants de la princesse Anne, n’en portent pas car non transmissible par leur mère qui refusa de plus un titre de courtoisie pour eux. Idem pour Louise et James, les enfants du prince Edward.

Lors de son mariage en 1999 avec Sophie Rhys-Jones, le prince se vit titrer comte de Wessex, un titre "mineur" car il fut convenu qu’un jour il relèverait le titre de duc d’Edimbourg porté par son père.

À la naissance de ses enfants qui auraient pu être princes, il choisit de refuser le titre afin de leur permettre d’avoir une vie la plus normale possible, sachant qu’ils devraient plus tard travailler en marge de la Cour. James, fils du comte de Wessex, porte en revanche le titre de vicomte Severn, l’un des titres annexes de son père.

Lors de son mariage, le prince Harry a reçu le titre de duc de Sussex ainsi que deux autres titres, un gallois et un écossais : comte de Dumbarton et baron Kilkeel. La seule disposition qui aurait été envisageable, c’est que le prince donne l’un de ses titres à son fils. Est-ce de ce refus-là que parle Meghan ? Il convient donc de bien relativiser ses dires et de les remettre tout bonnement dans un contexte de dispositions datant du siècle passé.