C'est une décision qui fait polémique chez nos voisins français. Quatre ans après les faits, Kobili Traoré, consommateur de cannabis depuis son adolescence ne sera finalement jamais jugé. Pour rappel, l'homme de 27 ans au moment des faits avait fait irruption chez sa voisine de 65 ans, Sarah Halimi (également appelée Lucie Attal), sous l'influence du cannabis. Il la roue de coups en récitant des versets du Coran, avant de la jeter par-dessus le balcon de leur HLM de Belleville, dans l'est de Paris. La Cour de cassation a confirmé il y a peu l'irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi tout en précisant que le caractère antisémite du crime n'est pas remis en question.

Ce verdict, Arthur ne le comprend pas. Le célèbre animateur et producteur français a décidé de lancer un coup de gueule sur son compte Instagram. "Là j'ai envie de vous parler d'un truc personnel. J'ai décidé de me mettre à la drogue, débute-t-il. Je vais donc fumer des pétards puisqu'il semblerait qu'en France, quand tu es sous l'effet de la drogue, tu ne vas pas en prison et on ne te juge même pas ! "

Le présentateur de Vendredi tout est permis sur TF1 poursuit en faisant un rapprochement avec l'affaire Sarah Halimi. "Tu peux rouer de coups une vieille dame, tu peux lui casser le visage en mille morceaux et la jeter par-dessus la fenêtre en la traitant de "sale juive" et tu ne vas pas être jugé, donc c'est génial quoi, sourit Arthur ironiquement avant d'ajouter : "Je vais commencer à faire des trucs comme ça - je vais tuer personne rassurez-vous - mais je ne vais pas mettre le masque et quand on me dira "bah pourquoi vous ne mettez pas le masque ?", je dirai "bah j’ai fumé un pétard, j’ai pas de discernement !"

"Je ne comprends plus rien et j'ai un peu honte, explique plus loin dans sa vidéo le présentateur de 55 ans, avant de conclure de manière humoristique : "Le problème, c'est que je suis très hypocondriaque donc je ne sais pas si je suis capable de fumer un pétard."

Des propos qui ont été approuvés par d'autres personnalités bien connues comme Kev Adams, Victoria Silvesdest ou encore Louis Bertignac, qui a écrit en commentaire : "Antisémitisme ou pas, un tueur mérite d'être en taule, qu'il se défonce ou pas ! Cette histoire frise l'irréel." Voilà qui est dit.