C’est assez exceptionnel car elle a refusé tous les festivals cet été et ne fera rien d’autre avant l’automne 2022 en Belgique", se réjouit Jon Tyler, le fondateur du Bloody Louis qui accueillera l’interprète culte de "Djadja" et "Pookie" ce samedi 28 mai. Mais pourquoi Aya Nakamura a-t-elle choisi uniquement cette boîte de nuit de notre capitale pour un live de 30 minutes? 

"Elle était déjà venue chanter chez nous le 23 novembre 2018, confie Jon Tyler. Et cela s’était super bien passé. Elle voulait revenir dans un endroit où l’ambiance fonctionne bien avec sa musique." La mère de deux enfants, qui vient de sortir un single avec Damso, aurait reçu beaucoup d’offres mais c’est donc dans le club bruxellois qu’elle performera. "C’est le deuxième plus gros cachet de l’histoire du Bloody Louis, concède son fondateur, qui a déjà attiré Drake, Future, DJ Snake, Post Malone, Migos et Damso dans ses murs. "Je pense qu’on est le bon compromis entre une salle de concert et un club, assure celui qui peut rassembler 1 500 personnes (tickets sur www.bloodylouis.be). On a la capacité de donner aux artistes l’ambiance d’une boîte de nuit et avec une scène presque plus grande qu’une salle de concert. Il y a la fête, l’ambiance et, en même temps, la qualité technique d’un concert. Ce n’est pas un bric-à-brac de DJ booth." Avec une concurrence parfois rude dans le milieu de la nuit, le Bloody Louis affiche ainsi ses ambitions. "Notre objectif est de continuer à être le club numéro 1 de Belgique mais en étant plus qu’un simple club. En ayant cette qualité de produire des concerts car c’est quelque chose qui ne se fait pas et que j’ai envie de développer."