"De nouvelles tumeurs sont apparues. Aujourd'hui, il en a une au cerveau, deux dans les reins, dans l'abdomen. Il en a un peu partout de petite taille", a expliqué son fils Laurent, ce jeudi matin sur BFM TV. Annonçant que son père était à nouveau hospitalisé, il a précisé que ce dernier était "extrêmement fatigué". "Les chances statistiques sont épouvantables. Il a toujours déjoué les statistiques et sa famille souhaite que ce soit encore le cas", a-t-il continué, ajoutant que son père se "battait" mais que les surhommes n'existaient pas. Agé de 77 ans, Bernard Tapie se bat depuis de nombreuses années contre un double cancer, de l'estomac et de l'œsophage.

Pour toutes ces raisons, Laurent Tapie juge "incompréhensible" que la justice ait refusé la demande de report de son procès en appel pour raisons médicales.

"Le combat d'une vie"

Pour rappel, Bernard Tapie, ainsi que cinq autres prévenus, avaient été relaxés en 2019 dans l'affaire du Crédit Lyonnais. Mais le parquet avait fait appel de cette décision. Le procès en appel, qui a lieu ce moment-même à Paris va donc se poursuivre sans le principal intéressé et sans ses avocats. "Un renvoi serait contraire au respect du délai raisonnable auquel les prévenus ont droit", s'est justifiée la Cour d'appel, qui avait déjà accordé un report pour raisons médicales. Un autre report aurait repoussé le procès à 2022.

L'ancien ministre était déjà apparu très affaibli à l'ouverture de son procès en appel le 12 octobre, quinze mois après sa retentissante relaxe au pénal dans ce dossier. L'ancien patron de l'Olympique de Marseille, qui encourt sept ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende pour "escroquerie" et "détournement de fonds publics", a toujours nié avoir "volé le contribuable". "Le prouver est le combat de ma vie", avait-il auparavant déclaré.

L'arbitrage qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008 pour solder son vieux litige avec le Crédit Lyonnais lors de la revente d'Adidas a définitivement été annulé au civil pour "fraude" et M. Tapie a été condamné à restituer les millions perçus.