La légende crée une nouvelle polémique dans les colonnes du Paris Match

Dans quelques semaines (le 28 septembre), elle soufflera ses 80 bougies. Loin, très loin, du showbiz et de son jadis statut de sex-symbol. Mais pas pour autant débarrassée de son étiquette de légende, questions et réponses comprises, polémique incluse. Et en termes de réponses, si Brigitte Bardot n’en formule que rarement, c’est pour mieux les soigner, pense-t-on.

Au cours d’un long entretien accordé (ô privilège) à Paris Match, l’icône de la féminité raconte qui elle est aujourd’hui. En fait, pareille qu’hier car toujours aussi hermétique aux critiques et au politiquement correct. "J’ai vécu comme j’avais envie et je continue […]" Mais là où, hier, c’était sensuel et empreint d’une envie simple de liberté, c’est, aujourd’hui, un peu plus dérangeant. Plus sérieux. "Je continue à choquer les simples d’esprit, les médiocres et les sectaires. Je dirai toute ma vie ce que je pense, que ça plaise ou non."

Et comme pour illustrer les commentaires acerbes qu’elle suscite chez ses détracteurs, elle dit de Marine Le Pen : "Je souhaite qu’elle sauve la France, elle est la Jeanne d’Arc du XXIe siècle !" B.B. réaffirme dans cette interview son grand attachement à la France. Elle, "Française de souche et fière de l’être", qui déplore "que mon si beau pays se détériore à tous les points de vue. C’est criminel de le soumettre à la bassesse".

Mais Brigitte a encore envie d’y croire. Juste un petit peu. "C’est à tout le gouvernement que je vais demander officiellement les deux cadeaux uniques que je veux pour mon anniversaire, car je ne veux rien d’autre. Premièrement, le changement du statut du cheval, le faisant passer d’animal de rente à animal de compagnie et lui éviter l’abattoir. Deuxièmement, la remise en application immédiate de la loi française et européenne exigeant l’étourdissement des animaux d’abattoir avant la saignée, sans dérogation pour les abattages halal et casher."

Si elle vit loin de tout, ne s’arrêtant pas sur le temps qui passe ("je respecte la loi naturelle de la vie, sans la contredire"), B.B. ne perd pas le nord pour autant. Enfin, le nord tel que désigné par sa boussole très personnelle.