BRUXELLES Avec le développement des appareils photo digitaux ou des GSM avec caméra, tout le monde peut désormais s'improviser paparazzi ! Il suffit d'être au bon endroit, au bon moment et de prendre le bon cliché. Il ne reste alors plus qu'à vendre les photos à Voici ou Public pour décrocher le gros lot.

Mais les stars victimes de cette nouvelle forme d'intrusion dans leur vie privée ont décidé de riposter. C'est le cas de Patrick Bruel et de son ex-épouse Amanda Sthers qui ont décidé d'attaquer en justice quatre paparazzi amateurs pour des photos volées de leur mariage parues dans Voici .

Les photos avaient été prises lors du mariage dans une synagogue parisienne. Bruel a évidemment voulu savoir qui, parmi les invités, l'avait trahi. L'enquête a permis de déterminer à quel endroit dans la synagogue se tenaient les apprentis photographes.

Après un an, les coupables ont été confondus. Il s'agit de la belle-fille d'une employée du consistoire israélite de Paris, de son mari ainsi que de deux agents de sécurité ! Ils avaient vendu les clichés pour 12.400 euros. Ils risquent désormais 45.000 euros d'amende. Lors du procès, hier, le procureur a néanmoins demandé la relaxe pour deux des accusés. Verdict le 15 janvier...



© La Dernière Heure 2008