Carla Bruni a dévoilé le troisième clip de son album Little French Songs. Pour illustrer la chanson « le pingouin », une série de personnes à travers le monde imitent la démarche de l'animal. Et même l'ex-Première Dame s'est prise au jeu. Vêtue d'un costume noir et blanc et d'un chapeau, elle apparâit quelques secondes dans le clip, adoptant la démarche du pingouin.

La chanson "Le pingouin" avait provoqué une polémique à la sortie de l'album. En cause : les paroles, qui, pour certains médias, étaient une caricature de François Hollande. 

"Les bras ballants le pingouin, les bras ballants mais l’œil hautain. Car il prétend le pingouin être sûr de ce qui est certain. Il n’est ni beau le pingouin. Ni haut, ni bas, ni laid, ni loin.Ni froid ni chaud le pingouin. Ni tout ni rien, rien, rien rien du tout." 

Selon la majorité des médias, la chanteuse faisait spécifiquement référence à la passation de pouvoirs entre François Hollande et Nicolas Sarkozy le 15 mai 2012 à l'Elysée. Il a plusieurs fois été reproché au président socialiste élu d'avoir fait preuve de froideur voire de dédain vis-à-vis du président sortant lors de cette courte rencontre, en particulier lorsqu'il n'a pas raccompagné Nicolas Sarkozy et son épouse jusqu'à leur voiture. Carla Bruni-Sarkozy aurait elle-même particulièrement mal vécu ce moment historique de la politique française. 

Mais elle n'avait pas confirmé que sa chanson s'adressait au chef de l'Etat.  Quoi qu'il en soit, son éventuelle rancoeur à l'égard du président s'est visiblement dissipée. "J'ai beaucoup de compassion pour les gens qui font ce travail." Voilà ce que Carla Bruni en pleine tournée aux Etats-Unis pour promouvoir son album "Little French Songs", a répondu aux journalistes de la chaîne américaine "Today" qui lui demandaient si les difficultés que rencontre François Hollande n'allaient pas nécessiter un retour de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. L'ancienne Première dame a fait preuve de beaucoup d'empathie pour  le chef de l'Etat français : "Vous savez, rien n'est facile en politique en ce moment, parce que le contexte économique est si compliqué à travers le monde..."