Les sorties répétées d'Albert II dans la presse n'auront pas suffi. Il y a avec "l'affaire Charlène" une part de mystère toujours insondable à ce jour, alimentée par le départ précoce de la Sud-Africaine du Rocher. "Elle était clairement épuisée, physiquement et émotionnellement", a concédé le prince monégasque le 19 novembre, faisant savoir que son épouse se reposait dans un lieu tenu secret en dehors de la Principauté. La brèche idéale pour des rumeurs en bataille.

Le Palais aurait "minimisé" son état de santé 

De l'autre côté de l'Atlantique, Page Six avance désormais que Charlène a "failli mourir" dans son pays natal, minée par 6 mois d'interventions chirurgicales. "Nous ne savons pas pourquoi le palais minimise le fait qu’elle a failli mourir en Afrique du Sud", a déploré une source. L'ancienne nageuse, incapable de manger des aliments solides, aurait donc perdu "la moitié de son poids". "Il est injuste qu’elle soit présentée comme ayant une sorte de problème mental ou émotionnel", a-t-on ajouté, comme pour tacler la posture d'Albert II.

Proche d'un milliardaire russe

De son côté, la presse britannique abonde dans ce sens tout en faisant émerger une nouvelle figure : Vladimir Doronin. Ce fringant milliardaire russe de 59 ans, qui fut en couple avec le mannequin Naomi Campbell de 2008 à 2013, serait devenu le pilier de la princesse en cette période trouble. "Ils ont été en contact et ont passé du temps ensemble", rapporte le Daily Mail. En juillet, Stéphane Bern rappelait que des rumeurs d'infidélité grondaient depuis un moment sur le Rocher. À l'automne 2020, une Brésilienne de 34 ans, résidente italienne, s'était en effet manifestée dans les médias pour faire reconnaître au prince la paternité d’une adolescente de 16 ans. Un événement qui aurait fait des étincelles, poussant la maman de Jacques et Gabriella à se raser une partie du crâne

À ce stade, seul un retour définitif de Charlène à Monaco semble capable de pouvoir remettre de l'ordre dans l'actualité agitée de la Principauté.